Bifff, au jour… la nuit (7) : mercredi 15 avril 2009

Aujourd’hui, c’est le grand jour ! Nous sommes pile à la moitié du Festival et c’est la soirée « surprise » annoncée dans le programme…  sauf qu’on ne peut plus vraiment appeler cela une surprise mais bien un évènement puisqu’il s’agit de l’avant première du tout dernier Star Trek.


Pourtant, cette fin d’après-midi n’avait pas commencé très bien. Il y avait de l’électricité dans l’air au vu des gros embouteillages provoqués par les différents orages qui se sont abattus sur la Capitale. Des problèmes dans le Métro aussi, comme ci on voulait m’empêcher d’arriver à temps à la projection. Et c’est la seconde fois que ces foutues grilles qui donnent accès à Tour & Taxis, côté gauche, sont fermées, juste le jour où je suis en retard (re-grrrr). Et comme si cela ne suffisait pas, je tombe sur une sortie plutôt musclée des « militants du comité d’action et de soutien aux sans-papiers » venus se faire entendre lors du lancement de la campagne des libéraux dans le cadre des prochaines élections européennes et qui se tenait sur le site de Tour & Taxis. On ne peut pas dire que nos forces de l’ordre aient mis des gants pour embarquer les jeunes filles qui essayaient tant bien que mal de ne pas manger le bitume en se faisant trainer de la sorte. Peu de tendresse aussi vis à vis des autres militants qui se faisaient sortir à coups de poings par les gardiens du congrès. Pas très joli joli en tous les cas.

C’est donc un peu énervée que je suis arrivée sur le site. Il ne me restait plus qu’à passer le service d’ordre employé par les producteurs du film pour éviter toute tentative de piratage. Comprenez : pas de gsm, ni appareils photos ou caméras. Nous avions déjà eu droit au même traitement lors de la soirée d’ouverture du 25 ème Bifff pour l’avant première mondiale de Sunshine de Danny Boyle. Cette fois ci, ils avaient même prévu un système de consigne pour les personnes ayant quand même emporté les objets prohibés de la soirée.

Après avoir subi les ondes détectrices d’appareils électroniques, je pouvais enfin m’installer dans la salle bourrée à craquer !

Star Trek de J. J. Abrams (2009)

Outre la projection du film, nous avions droit à la visite en personne d’une partie de l’équipe venue en Jet privé  rien que pour nos beaux yeux. Sur scène donc, nous avons pu voir en chair et en os deux jeunes acteurs : Karl Urban qui interprète le Docteur McCoy et John Cho qui joue le rôle du pilote de l’Entreprise, Hikaru Sulu pour les intimes… Ces deux jeunes stars montantes avaient en tous les cas été bien drillées pour faire leur promo. Impeccables dans leurs costumes noirs, ils ont tous les deux poussés la chansonnette (à la demande des spectateurs) avant de faire quelques blagues sur scène et de quitter les lieux en faisant des clins d’œil à la salle surexcitée. Il faut dire que les fans de Star Trek étaient en manque puisque la dernière version cinéma date de 2002 (Star Trek Nemesis) et que ce Star trek 0 était fort attendu compte tenu de son scénario très original. En effet, le réalisateur J.J. Abrams a eu l’excellente idée d’imaginer la jeunesse de l’équipage de l’Entreprise (il faut bien remplacer les vieux acteurs d’une façon ou d’une autre).

Nous voici donc au commencement, lorsque Capitaine Kirk est encore dans le ventre de sa maman et que papa Kirk se sacrifie pour sauver ses congénères, que Spock use ses culottes de Vulcain sur le banc de l’école et que Dr McCoy a le mal de l’air….

A l’aide d’effets spéciaux impeccables (J. J. Abrams connaît la chanson puisqu’il est entre autres producteur de Cloverfield) et d’un scénario en béton, ce Star Trek 11 (ou Star Trek 0, c’est comme vous voulez) nous offre un très beau moment à la fois de divertissement et de science-fiction (ça fait du bien, c’est tellement rare!). On comprend un peu mieux maintenant pourquoi Spock le génie n’est pas aux commandes de l’Entreprise, comment est-ce que le Capitaine Kirk a gagné ses galons ou qui a mis au point la téléportation. A noter la présence saugrenue mais bienvenue de l’acteur Simon Pegg qui ajoute une petite touche d’humour supplémentaire à l’ensemble (et qui interprète le futur ingénieur en chef Montgomery Scott, celui qui boit du whisky dans les épisodes).

Je ne vais pas vous racontez toute l’histoire mais bien vous inviter à aller le voir en salles lorsqu’il sortira. En tant que non-fan de Star Trek, j’avoue avoir pris beaucoup de plaisir à voir ce film. Et je ne suis pas la seule à entendre les commentaires dans la file en sortant de la salle! J’ai juste envie d’ajouter que J. J. Abrams a réussi ce que George Lucas a raté en sortant les épisodes 1 à 3 de Star Wars. Comme quoi, quand on veut, on peut !

Flawless de Michael Radford (2007)

A peine remis de la déferlante Star Trek, nous voici face à une seconde grosse affiche attendue de ce Festival (les places sont parties comme des petits pains) puisqu’il s’agit de la dernière réalisation de Michael Radford, celui qui avait adapté de façon mémorable le roman de George Orwell : 1984.

Le film de ce soir réuni quand même deux stars hollywoodiennes de ces dernières années : Michael Caine qui peut être très fière de sa carrière du haut de ses 76 ans, ainsi que Demi Moore, qui eut son heure de gloire dans les années nonante mais qui s’est faite un peu plus discrète depuis quelques années (elle en aura fait baver plus d’un dans le film Disclosure de Barry Levinson).

Flawless raconte l’histoire de Laura Quinn, seule femme d’affaire employée à la London Diamond Corporation dans les années 60, et qui va participer à un hold-up extraordinaire (c’est le mot) à l’aide de Monsieur Hobbs, vieux membre de l’équipe de nettoyage de cette fameuse entreprise diamantaire, la plus importante de l’époque au niveau mondial.

Le film offre ce qu’il y a de plus classique dans le genre : mise au point du casse, tension et rebondissements au rendez-vous, un inspecteur sur le point de tout découvrir (interprété par Lambert Wilson assez étonnant dans ce rôle), une histoire de vengeance, un plan diabolique, bref, un très bon film de hold-up avec un petit côté suranné pas du tout déplaisant. Contre toute attente, une bonne partie du film a été tournée au Luxembourg et non pas à Londres comme on aurait pu le croire… Ah, la magie du cinéma.

Brigitte Segers

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Bifff, Brigitte Segers, Cinéma (fiction), est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Bifff, au jour… la nuit (7) : mercredi 15 avril 2009

  1. Ping : - Best of 2009 cinéma ou l’art de faire des listes… « La média de Bruxelles

  2. Mike dit :

    Et le DVD très prochainement présent dans les bacs de la Médiathèque…

  3. passage44 dit :

    Effectivement, Flawless n’est pas un « thriller » comme annoncé dans le programme, le côté suspense étant complètement absent.
    Je n’ai malheureusement pas assisté aux séances tardives de 22h et de 24h. Une petite chronique pour nous faire partager cela ?

  4. Bardaf dit :

    Star Trek, on aime ou on aime pas.
    Flawless, un film qui n’avait pas sa place au bifff.
    Heureusement des sceances de 22 (Death Bell) et 24 (Deadgirl), ils ont sauvés la journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s