Bifff, au jour… la nuit (8) : jeudi 16 avril 2009

Petite soirée pour votre envoyée spéciale car j’ai quelques heures de sommeil en retard… Une seule séance donc, ça me fera une coupure dans la semaine.

Dead in 3 days 2 de Andreas Prochaska (2008)

Allons y pour un film autrichien, ça nous change un peu. Monsieur Andreas Prochaska est un viennois de 45 ans qui réalise principalement des séries pour la télévision allemande et autrichienne. Son Dead in 3 days de 2006 était sa première réalisation pour le grand écran. Le voici donc de retour derrière la caméra pour la suite. Alors que dans le premier opus, Nina était aux prises d’un méchant psychopathe, la voici de retour en pleine forme et rassurée depuis que cette histoire fait partie du passé. Mais voilà, elle se demande ce qu’est devenue sa meilleure amie Mona et part à sa recherche dans les vallées tyroliennes avant de tomber sur une famille un peu dégénérée…

Dead in 3 days 2 (pardon, In 3 Tagen bist du tot 2) est un film d’horreur à classer dans la catégorie ‘survival’. La trame est tout ce qu’il y a de plus classique : une jeune femme qui se jette dans la gueule du loup, alors qu’on le lui avait déconseillé – « N’y vas pas !!! », et qui va le regretter et tout faire pour se défendre. La première demi-heure semble un peu lente, Andreas Procheska prenant le temps de baliser le terrain, de replacer ses personnages, d’expliquer succinctement ce qu’il s’est passé dans le premier chapitre. Mais une fois que Nina tombe dans le piège, on n’est pas déçu par ce qui s’y déroule, même si les ficelles sont parfois très grosses. Par contre, il faut souligner une certaine recherche dans la mise en scène, voire une esthétique assez rare dans ce genre de film. Le réalisateur sait placer sa caméra et nous offre quelques beaux plans de corps dans la neige – j’ai particulièrement bien aimé celui où la caméra est accrochée sur Nina, filmant uniquement son visage en contre-plongée et donnant une perspective très intéressante à l’ensemble (voir photo). Ce Dead in 3 days 2 fut donc une bonne surprise.

Après la projection, je suis allée jeter un œil au concert qui se déroulait dans les caves de Tour & Taxis : The Names, un vieux groupe belge des années ’80 et qui a eu sa petite heure de gloire avec le très beau morceau « The Astronaut » donnait un concert pour divertir le public du Bifff. J’avoue être partie après un morceau, le son n’étant pas des meilleurs dans cette cave etpuis,  je ne voulais pas rater mon rendez-vous avec Morphée…

Brigitte Segers

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Bifff, Brigitte Segers, Cinéma (fiction), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s