– Autour de La Sélec 4

Depuis un mois déjà La Sélec 4 est à découvrir dans votre médiathèque. Comme pour les précédentes éditions, les médiathécaires du Passage 44 ont décidé d’en approfondir un dossier. Réflexions, rebonds, associations d’idées, c’est « Autour de la Sélec ». Cette fois, nous nous sommes penchés sur les nouvelles pulsions textuelles, sur la piste des chanteurs qui débordent du format chanson. Vous pouvez découvrir l’entièreté du dossier sur notre site et bien sûr dans le bac Sélec du Passage44. En voici déjà un aperçu, du côté de la voix-parlée dans la chanson française.

Pour débuter cette sélection, Serge Gainsbourg et « L’Histoire de Melody Nelson ». Composé en 1971, ce récit semi-autobiographique retrace l’histoire d’un homme (Serge Gainsbourg) heurtant involontairement une cycliste adolescente (Jane Birkin) lorsqu’il perd le contrôle de sa Rolls Royce. Première rencontre, séduction, amour et fin tragique pour Melody lorsque son avion s’écrase. Violons et ambiance glauque à souhait.

Cinq ans plus tard, Serge Gainsbourg remet ça avec « L’Homme à Tête de Chou ». Nouvelle histoire d’amour tragique, composée suite à l’acquisition de la sculpture de l’artiste Claude Lalanne, représentant l’homme nu, assis, un chou à la place de la tête. Cette fois, c’est un pigiste de journal à scandale qui s’éprend de Marilou, jeune shampouineuse nymphomane. Elle danse aussi le reggae qui fait ainsi son apparition dans la discographie de Serge Gainsbourg. L’amant malmené, humilié par sa shampouineuse infidèle, perd la tête et … si vous l’ignorez encore je vous laisse découvrir la fin de Marilou.

Pour poursuivre, un travail d’équipe. « La Ballade de Calamity Jane », par Chloé Mons, Alain Bashung et Rodolphe Burger, vous plonge dans le monde hostile du Dakota de 1873. Partant du livre «Calamity Jane, Lettres à sa fille», l’album enchaîne les chansons qui en sont librement inspirées et la lecture des lettres par Bashung. «Ma Chérie, ceci n’est pas censé être un journal, et il se peut même que ça ne te parvienne jamais, mais j’aime penser à toi en train de le lire, page après page, un jour dans les années à venir, après que je serai partie. J’aimerais t’entendre rire en regardant ces photos de moi…». Cette correspondance met en lumière un autre visage de Calamity Jane. Renommée pour sa vie tumultueuse, femme volontaire et rebelle mais aussi mère souffrant d’avoir abandonné sa fille, pensant que son mode de vie ne lui permettrait pas de l’éduquer correctement.

Autre collaboration pour le trio, le « Cantique des cantiques ». Concept particulier puisque, Monsieur et Madame Bashung récitent le texte biblique, à l’occasion de leur mariage sur les programmations subtiles de Rodolphe Burger. Voix entremêlées, électro sobre et lancinante, hypnotisme garanti.

Autre époque, autre style, Florent Marchet, avec « Rio Baril ». Si l’intro vous emmène à nouveau du côté du Far West, c’est bien d’une bourgade française qu’il s’agit ici : « son clocher, son école, sa place, ses cafés, son Crédit Agricole, et juste à côté, sa mairie fleurie… ». Le décor est planté, reste à dérouler le fil de la vie du narrateur, de ses souvenirs d’enfance à l’automne de sa vie. Un brin nostalgique, il porte un regard fantaisiste, désabusé mais aussi amusé sur la vie simple à Rio Baril. Dominique A et Katerine s’invitent sur « On a rien vu venir » et Arnaud Cathrine, qui signe « Frère Animal » avec Florent Marchet, co-écrit ici trois plages.

Cette fois, départ pour une autre planète, c’est « L’Homme Libellule » de Miam Monster Miam. Comme un descendant de l’Homme à Tête de Chou égaré dans un film de science- fiction de série B, voici l’Homme Libellule. Premier être vivant mi-insecte, mi-homme, créé par une société japonaise à partir de cellules souches du christ. Pop, rock, électro, rétro, disco, … les aventures de Dragonflyman sont franchement intergalactiques.

Il faut s’éloigner de la voix parlée, mais le détour en vaut la peine. En effet, Olivier Libaux aime aussi raconter des histoires et de plus il choisit bien ses « conteurs ». La preuve par deux :

« L’héroïne au bain », présenté comme un conte musical, se déroule dans un petit village. Aux abords du village, une boîte de nuit, à proximité une forêt… Dans ce décor, notre héroïne, son mari, le journaliste, l’animateur de la boîte de nuit, … mais qui est l’assassin anthropophage ? Avec : Dominique Dalcan, Ludovic Triaire, Helena Noguerra, Philippe Katerine, Doriand, Lio et Michaël Von der Heide.

« Imbécile », construit comme une pièce de théâtre musicale, mettant en scène quatre amis lors d’un dîner. Chaque plage est une scènette qui permet de découvrir les personnages, ce qu’ils (se) cachent et ce qu’ils se disent. Le ton est feutré et les compositions pop acoustiques de Libaux suivent les trajectoires de chacun et les divers rebondissements du récit. Avec Philippe Katerine, Helena Noguerra, Barbara Carlotti et JP Nataf.

Pour conclure, clin d’œil à de savoureux narrateurs. Alain Delon : « C’est étrange, je n’ sais pas ce qui m’arrive ce soir. Je te regarde comme pour la première fois ». Dalida : « Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots… » (Paroles, paroles) et Jo Dassin « Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin là. Nous marchions sur une plage, un peu comme celle-ci, c’était l’automne, un automne où il faisait beau, une saison qui n’existe que dans le nord de l’Amérique, là bas on l’appelle l’Eté Indien mais c’était tout simplement le nôtre… »

Le mot de la fin, Dalida et… Roger Pierre!

Geoffrey Briquet

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Chanson Française, Geoffrey Briquet, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s