– A tribute to Alan Lomax

Cet automne, l’AB rend hommage à l’ethnomusicologue américain Alan Lomax(1915-2002).  Cet hommage se déroule sur trois tableaux, à L’Ancienne Belgique en collaboration avec La Cinematek et le Mim, le musée des instruments de musique.

Depuis une semaine, vous pouvez découvrir la discographie d’Alan Lomax à la média de Bruxelles.

Alan Lomax, né le 31 janvier 1915 à Austin dans le Texas, commença sa carrière en 1933 avec son père, qui était lui-même un collecteur de chants traditionnels.  Après avoir installé un enregistreur de près de 150 kg, ainsi que les batteries nécessaires, dans le coffre de leur Ford, ils partent sillonner les routes du Sud des Etats-Unis et traîner le micro dans les prisons et camps de travail. C’est cette année-là qu’ils découvrent Huddie Ledbetter, plus connu sous le nom de Leadbelly, dans la prison d’Angola en Louisiane.

Leadbelly

Leadbelly

En 1940, Alan Lomax commence son travail en radio pour CBS. C’est à cette époque aussi qu’il collabore avec Pete Seeger et Woody Guthrie sur un livre reprenant des chants plus engagés, ainsi que les enregistrements que son père, John, avait mis de côté, à cause de leur contenu. Cet ouvrage, « Hard hitting songs for hard hit people », provoqua beaucoup de remous si bien qu’il ne verra le jour qu’en 1967 chez Oak. Il sera réédité chez Bison Books en 1999.

Har hitting songs for hard hit poeple

"Hard hitting songs for hard hit people"

En 1949, le climat politique est tel aux Etats-Unis que Lomax part en Europe où il passe la majeure partie des années 50. Il traînera son micro dans de nombreux pays:  Angleterre, Ecosse, Irlande, Italie, Espagne.

Italian treasury

"Italian treasury"

De retour aux Etats-Unis fin des années 50, il va se concentrer à nouveau sur le Sud, Virginie, Kentucky, Alabama, Mississipi, Tennessee, Arkansas, Caroline du Nord et les îles au large de la Géorgie. En 1959 et 1960, sa femme Shirley Collins et lui engrangent un énorme collectage de ballades, blues, hymnes, work songs, spirituals, gospels, danses, shanties (chants de marins), airs de violons ou de banjo… Autant de traces de cultures anciennes, venue d’Europe ou d’Afrique, transformées au contact d’une autre vie quotidienne, d’un déracinement, de « métissages » multiples…

Je ne peux m’empêcher de vous mettre aussi une vidéo de Bessie Jones chantant « Little Johnny Brown » en invitant les enfants à participer à une ronde. Si  je ne me trompe, elle est accompagnée de Pete Seeger au banjo.

En 1962, Alan Lomax partira travailler six mois dans les Caraïbes, recueillant les traditions des communautés d’un nombre impressionnant d’îles, Trinidad, Tobago, St. Lucille, Nevis Carriacou, Guadeloupe, Dominique, Grenada, Martinique, St. Kitts…  Soit un résumé passionnant des multiples facettes des cultures caribéennes, traditions africaines, françaises, anglaises, espagnoles, celtes, indiennes (Inde).

Ceci n’est qu’un aperçu du travail d’Alan Lomax. Si l’envie vous prend d’aller plus loin, voici quelques liens…

La médiathèque avait édité une brochure en décembre 2005, elle existe encore en version papier à la Média de Bruxelles et sur le net, « Alan Lomax, Les grands collecteurs de musiques ».

Un billet complet sur le dvd documentaire « Alan Lomax, the songhunter »

Et voici sa discographie.

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Anne Lecomte, Blues, Musique du Monde, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour – A tribute to Alan Lomax

  1. Ping : - “sacred harp”: wall of sound, mur de voix… « globe glauber et la médiathèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s