– Chopin, je kiffe!

« C’est qui Chopin ? me demande mon jeune interlocuteur (la petite vingtaine, beau garçon, étudiant).
Je jette un œil dans le vide, comme le font si bien les acteurs américains, un regard sur le côté, un hochement de tête, l’illusion d’un parcours rapide de l’esprit dans un espace empli de tous les mystères de la vie, et le regard revient vers l’autre acteur. Le vide donc. Espérant peut-être qu’il en sorte quelques échantillons de musique étiquetés « musique de Chopin ».
– Un musicien, pianiste… un compositeur. Polonais. Romantique, XIXème.
Silence.
–  Oui, mais qu’est-ce qu’il a fait?
–  Des nocturnes, des mazurkas, des polonaises, des préludes…
Aucune réaction. Mon esprit flotte un instant comme un vaisseau spatial dans l’immense vide du Temps, j’ai conscience d’un inextricable réseau de connexions qui s’effectuent sans cesse entre le présent et le passé. Nous sommes en train d’en effectuer une. Connexion Chopin. 1810-2010.
–  Sans doute que si j’entendais, je reconnaîtrais.
Hochement de tête.
–  Je ne sais pas si tu reconnaîtrais mais tu kifferais ! »

C’est qui Chopin ? Je n’ai jamais imaginé le personnage de Chopin. Pour moi, Chopin c’est une certaine musique, le piano bien sûr, un certain romantisme et une histoire d’amour avec George Sand. Mais à force de lire, année Chopin oblige, les articles, dossiers, hors série qui lui sont consacrés, je peux maintenant l’imaginer, je me sens plus proche de lui… et les larmes me viennent même aux yeux lorsque je lis des lignes évoquant les dernières heures de sa vie !

Chopin a laissé une importante correspondance qui éclaire sa personnalité. Il était sociable, intelligent, il avait de l’humour « Il faisait pâmer de rire tout un salon sans qu’aucun sourire n’éclairât son visage» écrit George Sand. Liszt aussi a beaucoup écrit sur Chopin, son ami.

Mais regardons Chopin. Le portrait est de Delacroix qui fut aussi son ami. Delacroix est un excellent peintre et il a certainement mis dans ce portrait ce qu’il voulait que nous ressentions,  ce qu’était Chopin pour lui. Ce portrait n’est pas celui d’un être au romantisme éthéré. Les traits de ce visage sont ceux d’un homme qui a du caractère, une énergie intérieure, en même temps que l’habite un monde vers lequel semble se porter son regard, ce regard teinté d’une certaine mélancolie. Un monde ! Chopin est né à la musique, est né pour la musique et sa musique nous survivra. Génie reconnu dès l’enfance. C’est un novateur. Il renouvelle la façon de jouer du piano. Ses Etudes révolutionnent l’art du piano, poétiques, imaginatives, elles sont chacune  œuvre d’art. Il étend les potentialités du piano, il exploite toutes les possibilités de la main sur le clavier, main souple, perpétuellement en mouvement, mouvements fluides. Il crée des sons pour le piano. On parle de la note bleue. On adorait son jeu, un jeu doux dont les nuances de sons créent la magie. Ecouter Chopin était une expérience magnifique, attestent ses contemporains, une expérience magique.

Personne ne peut jouer comme Chopin mais tous les plus grands pianistes le jouent, pénétrant chacun de leur propre sensibilité le mystère du jeu de Chopin. Alfred Cortot, Samson François, Artur Rubinstein, Murray Perahia, Evgeny Kissin, Vladimir Ashkenazy, Dinu Lipatti, Garrick Ohlsson, Krystian Zimerman, Aldo Ciccolini, Claudio Arrau, Yundi Li, Maria Joao Pires, Martha Argerich, Vladimir Horowitz… et Alexandre Tharaud qui après avoir enregistré des Valses et des Préludes, vient de sortir un album, « Chopin, journal intime », pièces choisies par le pianiste. Chopin est intimement lié à sa vie, à son enfance et à sa pratique du piano. Le compositeur est devenu son « cheval de bataille » dans les concours internationaux. Cet album est donc un tête-à-tête avec Chopin et nous pouvons les écouter en tant que « troisième larron » comme le dit le pianiste (Télérama Hors série -2010 année Chopin). Son jeu est recueilli, léger, poétique, peut-être magique…

Tout l’œuvre de Chopin à la Médiathèque

Françoise Vandenwouwer

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article a été publié dans Françoise Vandenwouwer, Musique Classique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s