– Offscreen Film Festival : Air doll de Hirokazu Kore-Eda

Hideo vit seul, mais pas vraiment. Lorsqu’il rentre le soir à la maison, il discute avec Nozomi, l’habille, lui raconte sa journée, lui donne un bain, et lui fait l’amour passionnément… Nozomi est la compagne idéale pour combler la solitude de Hideo car Nozomi est toujours consentante, ne dit jamais rien et se range très facilement en cas de visites impromptues… Nozomi est une poupée gonflable.

Et alors que le quotidien de Hideo semble si bien réglé, un jour, le corps de Nozomi se met à bouger, affublé comme par magie d’un nouveau souffle de vie, d’une conscience et surtout d’un cœur. Poupée de plastique qui devient chair, ressemblant maintenant à une jeune demoiselle, Nozomi arpente les rues de son quartier à la découverte du monde et surtout de la vie. C’est ainsi qu’elle se trouve un amour immédiat pour Junichi, employé dans un vidéoclub où elle arrive d’ailleurs à se faire embaucher. Pourtant, par loyauté sans doute, par dépit peut-être, elle rentre bien sagement chez Hideo le soir venu, pour accomplir sa tâche d’objet sexuel.

Air doll est un film très étrange, ne serait-ce que par le choix du sujet traité. Effectivement, les films mettant en scène des poupées gonflables, hors cinéma X, sont rares. Je me souviens de Monique de Valérie Guignabodet, avec Albert Dupontel qui tombait maladivement amoureux de sa poupée. Hirokazu Kore-Eda va beaucoup plus loin, se penchant à la fois sur le problème de la solitude qui contamine notre société, et sur les problèmes qui peuvent surgir lorsque l’on a des sentiments… ainsi, lorsque Hideo découvre que Nozomi a un cœur, cela lui pose problème, il préfèrerait qu’elle redevienne comme avant.

Air doll est donc une fable sur la solitude, et sur le vide qui est en nous, à l’instar d’une poupée gonflable qui fait squeeze lorsqu’on la touche. Le film est à la fois très poétique, mais souffre malheureusement de quelques longueurs. Un film néanmoins à découvrir et qui ne vous laissera pas de… plastique.

Brigitte Segers

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Segers, Cinéma (fiction), est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s