– Delta blues 3: Robert Johnson

Robert Johnson, né probablement vers 1911 dans le Mississippi et mort en 1938, est un guitariste et chanteur de Delta blues. Bien qu’il n’ait commencé à enregistrer que trois ans avant sa mort, il est devenu une légende ainsi que le musicien le plus connu de tous. Il a influencé bon nombres d’artistes comme Jimi Hendrix, Eric Clapton, The Rolling Stones, Led Zepplin, Muddy Waters ou encore Bob Dylan.

Si Charley Patton est le père du Delta blues, on peut aisément dire que Robert Johnson est le père de tous les courants de blues qui ont suivi. Le magazine Rolling Stone l’a classé 5ème meilleur guitariste de tous les temps.

La légende de Robert Johnson est née de la fameuse histoire du pacte avec le diable. A ses débuts il rencontre Son House qui le ridiculise en lui disant qu’il ne sait pas jouer de la guitare, qu’il fait fuir les gens et qu’il devrait se concentrer sur un autre instrument. Peu de temps après cet affront,  il quitte la ville et rencontre d’autres musiciens (Charley Patton, Willie Brown, etc…) avec qui il va se perfectionner.

Après deux ans seulement, il revient voir Son House qui est complètement abasourdi par les progrès qu’il vient de réaliser, dépassant de loin tous les autres guitaristes. Et c’est à cause de ses progrès stupéfiants que la légende du pacte avec le diable va naître dans un Mississippi encore empreint de vaudou. Il raconte un soir près du feu qu’il se promenait lors d’une nuit très sombre, près de Clarksdale dans le Mississippi, et qu’il se perdit à un carrefour et il aurait vendu son âme au diable en échange de sa virtuosité à la guitare.

C’est cette histoire qu’il raconte dans son tube « Crossroad » (carrefour en anglais)

Eric Clapton, qui ne jure que par lui, a repris cette chanson avec son groupe Cream

Tous les artistes de blues ou de rock blues issu du « British blues boom » ont repris les titre de Robert Johnson.

Dans le milieu des années soixante, lors de la redécouverte du blues, quand les Blancs se sont mis a écouter les tubes de Robert Johnson, des gens comme Keith Richards ou Eric Clapton se sont demandés qui était le deuxième guitariste derrière lui. Et bien il était seul,bluffant non?

C’est ce que Clapton raconte dans cette vidéo

Robert Johnson est mort mystérieusement, à l’âge de 27 ans, probablement empoisonné par un mari jaloux ou par règlement de compte, on ne sait pas trop. Ce qui conforte encore plus sa légende du pacte avec le diable.

Il a enregistré un seul album dont chaque morceau est un classique.

A suivre dans Delta blues 3 : Robert Johnson 2ème partie

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Blues, Boumédiène Yahia-Berrouiguet, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s