– As de pique




Sur le site « Wikipédia » à la rubrique « cartomancie », nous pouvons lire ceci :

« Les piques proviendraient de l’emblème des épées: Sabres courbes ou cimeterres sarrasins et épées droites des croisées sur les anciens tarots.

Expression du combat au corps à corps, les épées signifieraient d’abord le pouvoir de l’action offensive. Mais l’épée symboliserait aussi le glaive de justice; à ce titre, le pique indiquerait l’action du pouvoir qui tranche et décide, la loi.

D’après une autre symbolique, celle de l’instrument manufacturé par l’homme, les épées se rapportent également à l’industrie, à la technique et, par élargissement, à la réflexion et à l’intellect : Glaive du discernement.

Piques = épées – pouvoir de l’action – action du pouvoir. »

Difficile en effet d’apposer un cœur sur un documentaire qui parle de souffrances humaines, de saccages ou de destruction de la planète, sa symbolique ne s’y accorderait vraiment pas à mon goût.  Aussi, pourrait-on parler d’une « bonne » soirée, après avoir  regardé « S21 » de Rithy Panh, « Nuit et brouillard » d’Alain Resnais ou « La petite peau blanche devait courber la tête pour l’empereur Hirohito » de Frans Buyens ? Ici non plus, le terme ne me conviendrait pas.

Pertinence d’une réflexion qui vous donne la sensation de ne pas avoir perdu votre temps, ou mieux encore, fait grandir votre jugement et le rattache profondément à votre être intérieur, sont les mots ou les phrases qui s’accordent pour définir un tel moment passé devant le petit écran.

Bien sûr tous les documentaires sélectionnés ne vous retourneront pas le cœur pour en faire un pique. Mais aussi « beaux » ou « délassants » soient-ils, toujours quelque part, ils finissent par parler du « pouvoir de l’action –  action du pouvoir » et développer d’une manière ou d’une autre le sens de la réflexion, du discernement et de la plasticité intellectuelle.

Ceux là, je les nomme: Les As de pique.


Premier contre-exemple de la rentrée: « Alfred Stevens, l’homme qui peignait la femme ».

Voici un DVD sur lequel j’aurais volontiers pu apposer un as de cœur.

Contemporain de Gustave Courbet et d’Edouard Manet, Alfred Stevens, Belge de naissance, a exercé son art principalement à Paris où il ouvrit une école de peinture exclusivement réservée aux femmes dont Sarah Bernhardt fit partie.

Une œuvre techniquement surprenante, proche par moments selon moi de celle de James Whistler.

Mais là ne s’arrête pas l’intérêt. Comme nous l’explique si bien l’historienne de l’art Griselda Pollock, Alfred Stevens est un pionnier en ce sens qu’il a extrait, dans le domaine de la peinture, la femme de son rôle de figurante de scènes mythologiques dans lequel l’académisme et la peinture historique l’avaient reléguée.

« Il me semble qu’un peintre, même médiocre, qui aura peint son temps, sera plus intéressant dans l’avenir que celui qui, avec plus de talent, aura peint une époque qu’il n’a pas vu».


Un documentaire  fort agréable à regarder, avec des photos d’archives et de nombreuses  interventions de spécialistes. Une belle découverte si vous voulez passer une agréable soirée.

Détails et disponibilités: Alfred Stevens, L’homme qui peignait la femme.

Françoise Levie , nous avait déjà  livré par le passé un très beau et passionnant documentaire sur la vie de Mata Hari qui n’est malheureusement disponible qu’en VHS. A ne pas manquer si le sujet vous intéresse.

Une réalisatrice à suivre avec grand intérêt.


Détails et disponibilités: Mata Hari, mythe et réalité d’une espionne.

Second exemple de la rentrée: « La domination masculine », un pique bien noir celui là par contre.

Patric Jean nous livre ici un véritable « combat film ».

Amer constat d’une domination masculine qui malgré les différents mouvements féministes qui ont émergés depuis la deuxième moitié du vingtième siècle continue de faire de nombreuses victimes.

Film extrêmement bien rythmé dans la succession des séquences, judicieux dans le choix des phrases qui sortent de la bouche des femmes qui livrent ici leur désarroi …des phrases scandées avec arrogance qui sortent de la bouche de ces messieurs prétendant faire valoir leurs droits …

J’ai aussi encore en mémoire cette « drôle » de séquence où le vendeur d’un magasin de jouets explique aux cameramen que : « les petites filles veulent jouer à la ménagère ou à la princesse qui attend son prince charmant, elles n’ont pas de pouvoirs surnaturels contrairement aux héros auxquels s’identifient les petits garçons… ».

Mais alors, ou sont donc passées nos belles et envoutantes sorcières d’antan ? Ah oui ! C’est vrai j’allais l’oublier, rappelez-vous! On les a faites vilaines avec des boutons  sur le nez pour ensuite les placer sur un bucher…

Un documentaire fort et volontairement partial. Certaines images (et pas uniquement les plus dures ) sont à vomir de haine et de mépris .

J’ai vraiment passé une très mauvaise soirée en regardant ce film… mais c’est probablement ce que voulait le réalisateur Patric Jean et je l’en félicite .

Eddy Maes.

Détails et disponibilités:La domination masculine.

 

 

 


Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, As de pique, Documentaire, Eddy Maes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s