-Un pique pour deux docs qui traitent de trois dictateurs

« Hitler et Mussolini » dépeint l’histoire ambigüe qui unit le Führer et le Duce depuis le début des années vingt jusqu’à la fin de la guerre.

Le  film, assez difficile pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas la chronologie et les grands faits de la seconde guerre mondiale, trace un portrait des deux figures,  leur « amitié », les influences qui s’exerceront entre eux ainsi que leurs rivalités et alliances.

Le texte est dense et rapide, il trouve son intérêt dans le sens ou plus que dans un documentaire généraliste basé uniquement  sur des faits de guerre, il tente de se rapprocher de la personnalité des deux dictateurs et s’attarde sur des évènements de leur vie politique, antérieurs à la guerre mais qui ont leur importance dans le déroulement des évènements qui suivront.

En plus de se focaliser sur les deux chefs, il met aussi l’accent sur la confiance aveugle que la masse populaire leur a accordée pour accéder au pouvoir.

« Hitler et Staline », lui, dépeint l’alliance trahie du pacte de non agression et le conflit qui opposa par la suite le Führer au « Père des peuples ».

Au-delà du conflit lui-même, le documentaire s’attarde sur les ressemblances qu’il y a entre les deux chefs et les méthodes similaires qu’ils utilisent pour asseoir leur autorité.

Le film va jusqu’à la mort de Staline et le début de la déstalinisation où l’auteur cite cette phrase « il avait libéré son peuple pour pouvoir le priver de ses libertés ».

On en arrive au bout du compte par se demander si quel qu’il soit et de quel côté qu’il se trouve, le pouvoir ne finit pas toujours inévitablement par engendrer injustice, déshumanisation et souvent…massacres.

 

Malgré le côté sinistre de l’histoire contée, ces deux films ne sont néanmoins pas construits de telle manière à vous nouer les trippes (pas d’effets dramatiques, alternance d’images d’archives en noir et blanc avec des images actuelles en couleur, tonalité assez distante de la voix « off », concentrée sur le texte lu), ils agissent plutôt par « feedback », en sourdine.

Et je me redis encore une fois de plus que, s’il y a des personnalités dominantes pour asservir des peuples, il y a des peuples et des hommes (qui forment ces mêmes peuples) pour se mettre au service de ces tortionnaires.  La question est de savoir, par peur de représailles, rage de vengeance ou par pur fantasme d’asservissement et de domination personnelle ?

 

Hitler et Mussolini – Hitler et Staline, deux films réalisés Ullrich H. Kasten.

 

A voir si l’on veut peaufiner ses connaissances historiques sur la deuxième guerre mondiale et ses instigateurs.

 

Eddy Maes

Détails et disponibilités

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans As de pique, Documentaire, Eddy Maes, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s