– La Reprise : vous en reprendrez bien un petit peu ?

La mBxl accueillait, en collaboration avec le magazine La Sélec, Mathieu Saladin ce vendredi 29 octobre. Mathieu Saladin est le coordinateur de deux numéros de la revue universitaire Volume consacrés à la reprise.

 

Mathieu Saladin
Pierre Hemptinne

Voici les notes que j’ai prises au vol lors de cette dense intervention.

La reprise, cette pratique musicale dans laquelle un nouvel interprète exécute une composition déjà créée par un autre, ce n’est pas si simple à définir ni à analyser, comme l’on s’en rendra compte.

La pratique de la reprise peut déboucher sur de nombreuses questions – Mathieu Saladin est doctorant en Esthétique, vous le comprendez rapidement :

–          Ontologie de la création : quels sont les processus de transmission à l’ouvrage dans la création des œuvres d’art au cours du temps, qu’est-ce qu’elles conservent, comment elles se transforment ? Voir le  « Tableaux d’une Exposition » de Moussorgsky par Emerson, Lake & Palmer par exemple

–          Individuation des goûts : comment chaque personne arrive à se forger son propre goût et comment des reprises peuvent constituer des ponts entre styles musicaux

–          Création de communautés de goûts : comment des reprises de certains genres parviennent à cimenter une communauté de goûts : exemple des reprises gothiques de titres glam-rock à l’origine (voir la fascination de Marilyn Manson pour David Bowie par exemple)

–          La pratique musicale de la reprise est d’abord une pratique d’auditeur : le musicien qui reprend a très souvent écouté et réécouté la version dont il s’inspire, sa « version-source » (qui n’est pas nécessairement la version dite originale). Ce sont les disques qui sont les vecteurs de circulation des reprises : Chuck Berry était repris en Europe, par les Beatles et les Stones notamment, avant de poser un pied sur le sol européen en 64.

–          Stratégies de carrière : comment la pratique de la reprise est utilisée par certains artistes pour se relancer ou du moins meubler leur carrière. (Par exemple « Parenthèses » de Françoise Hardy, ou Patrick Bruel avec « Entre deux »)

–          Evolution du star-system : La notion d’artiste-star est devenue prédominante au cours du XXème siècle, alors qu’il y a quelques décennies les chansons étaient plus prédominantes. Voir le label anglais Embassy qui diffusait dans une chaîne de supermarchés des compilations de hits rejoués par des orchestres maison (rien à la Médiathèque…!).

–         Le discours post-romantique valorise la création « ex-nihilo ». Selon Mathieu Saladin, les gestes de copie sont constitutifs de la création – la création ne serait qu’une imitation très complexe, un nouvel arrangement de choses préexistantes.

–         La reprise peut relever d’intentions différentes : hommage, critique, pillage (voir le blues où des bribes de morceaux se retrouvaient dans d’autres morceaux une semaine après leur publication), crédibilisation de l’artiste, parodie, exercice de style,… Alors, « Satisfaction » par Devo : hommage ou satire ?

–          Etymologie : En anglais on parle de couver version. L’idée de couvrir, de recouvrement, peut être source de nombreuses réflexions :

–          Le palimpseste, le manuscrit sur lequel on réécrit, en modifiant l’oeuvre originale. Les exemples doivent foisonner en jazz ou en classique, où une composition très célèbre est en fait une variation très proche d’une reprise d’une composition antérieure. Dans le film « Le Goût des autres », Bacri fredonne l’adaptation comique « Juanita Banana » d’Henri Salvador sur un air du Rigoletto de Verdi en ignorant tout de cette dernière. Si ce genre de décalage vous intéresse, rendez-vous le 19 novembre à 19h30 à la mBxl pour un RDV autour des notions de bon et mauvais goût en musique par le sociologue et compositeur Cyrille Thoulen (plus de détails bientôt !)

–          Le fait qu’une reprise, une cover, soit considérée comme la version originale par le public, la recouvre : les beaucoup de (jeunes) fans de Nirvana considèrent leurs covers comme des originaux. De même pour « All along the watchtower » que son auteur Dylan aurait fini par considérer comme un morceau d’Hendrix !

Pour plus d’approfondissements, les deux volumes consacrés à la reprise du magazine… Volume ! se trouvent en libre consultation dans notre étagère au salon. Plus d’infos également sur le site de l’éditeur.

Enfin l’organisation de cette rencontre m’a permis de découvrir un site bien utile pour pister des reprises : www.secondhandsongs.com

Jean-Grégoire Muller

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Jean-Grégoire Muller, RDV de la média de Bxl-Centre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s