– Orphée, Résonances d’un Mythe (3)

"Orphée"

Nous voici donc arrivés au troisième épisode consacré au mythe d’Orphée et à ses déclinaisons en musique classique.

Retrouvez les premiers épisodes ici pour le premier et là pour le second.

 

Georg Philipp Telemann 1681 – 1767

Lorsque Telemann compose Orpheus, il est déjà l’un des représentants les plus importants de l’opéra allemand de la première moitié du XVIIIème siècle. Orpheus fut créé en 1726 à l’Opéra de Hambourg dont la scène accueillait des œuvres de répertoires italiens, français et allemands offrant ainsi une grande variété de compositions, de genres, d’expériences musicales. Telemann tira parti de cette riche diversité, l’étudia, en combina les courants de manière expérimentale et créa la nouveauté avec Orpheus qu’il composa comme une synthèse de toutes ces conceptions du drame musical, posant les bases d’une esthétique plus européenne de l’opéra. Textes chantés en français, en italien et en allemand, formes inspirées de tel style national mais modifiées par l’écriture propre à tel autre répertoire, diversité des formes et compositions originales, mélangeant aussi le drame et la comédie, une sorte d’esthétique du goût mêlé.

En outre, Orpheus offre une nouvelle interprétation du mythe, inspirée de celle proposée par Louis Lully (fils de Jean-Baptiste), dans laquelle une reine de Thrace devient la meurtrière d’Eurydice pour se venger d’Orphée qui a dédaigné son amour. Les passions se déchaînent, forces violentes et destructrices…

L’Orpheus de Teleman fut redécouvert en 1990 et adapté en 1994 sur une commande de l’Opéra National de Berlin, par René Jacobs dont nous vous proposons la version.

 

Extrait par René JACOBS Chef d’orchestre, Contre-ténor, Dorothea RÖSCHMANN Soprano, Roman TREKEL Baryton [voix], Ruth ZIESAK Soprano, Werner GÜRA Ténor, Maria Cristina KIEHR Soprano, Hanno MÜLLER-BRACHMANN Baryton [voix], Isabelle POULENARD Soprano, Axel KÖHLER Haute-contre, RIAS-KAMMERCHOR Choeur mixte, AKADEMIE FUR ALTE MUSIK BERLIN Ensemble instrumental réf: BT 5974

Christoph Willibald Gluck 1716 – 1787

Au milieu du XVIIIème siècle, un vent anticonformiste agite les milieux artistiques et l’opéra. A la cour de Vienne, Gluck et le librettiste Calzabigi menant leur réflexion sur l’opéra, vont le réinventer. Misant sur la simplicité, le dépouillement, ils vont le dégager du lyrisme et de la virtuosité chères au baroque italien pour le mener vers une esthétique nouvelle, influencés en cela par la tragédie en musique française (illustrée par Rameau) et sa rigueur dramatique. L’intrigue et la narration sont réduites ainsi que le nombre des personnages. Le chœur prend une part bien plus importante à l’action. La simplicité vocale du texte en privilégie la compréhension. Chœur, ballet, mise en scène, poésie, musique, inspiration novatrice de Gluck font de cet opéra un tournant dans l’histoire du genre.

Orfeo ed Euridice devient une œuvre expérimentale et un retour aux sources, s’inscrivant dans la lignée du mythe fondateur, depuis l’Euridice de Peri, celui de Caccini et l’Orfeo de Monteverdi.

L’opéra de Gluck fut présenté en 1762 à la cour de Marie-Thérèse et triompha à Paris en 1774, entièrement remodelé pour s’adapter à l’art de la déclamation française et aux tessitures de ses voix. Ainsi trouvera-t-on dans la discographie de l’œuvre la version viennoise et la version parisienne.

Extrait par Marc MINKOWSKI Chef d’orchestre, Richard CROFT Ténor, Mireille DELUNSCH Soprano, Marion HAROUSSEAU Soprano, CHOEUR DES MUSICIENS DU LOUVRE Choeur mixte, MUSICIENS DU LOUVRE (LES) Ensemble instrumental réf: BG 5834

 

A suivre …

Françoise Vandenwouwer, Philippe Cantaert

 

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Françoise Vandenwouwer, Histoire de la Musique Classique, Musique Classique, Philippe Cantaert, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour – Orphée, Résonances d’un Mythe (3)

  1. Ping : - Orphée, Résonances d’un Mythe (5) « La média de Bruxelles

  2. Ping : - Orphée, Résonances d’un Mythe (4) « La média de Bruxelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s