– Les chouchous du rock dans le divan (28)

Voici les disques présentés dans les divans le samedi 15 janvier dernier.
Ils seront présentés en quatre épisodes sur ce blog.

65daysofstatic « We Were Exploding Anyway » – Hassle Records 2010

Groupe de postrock anglais fondé en 2001 à Sheffield, de trio ils sont passés à quatuor.

On trouve diverses raisons au nom pris par le groupe, je vous donne celle qui me plait le plus :  à leurs débuts ils ont été contactés par John Carpenter pour la B.O d’un de ses films, et la sortie du  film a été retardée de 65 jours ! Amusant non ?

Le postrock c’est quel genre ? Pour aller vite disons que c’est une des multiples dérivation du rock, avec guitare basse batterie + claviers ou cordes ou… une musique lancinante, répétitive, avec de grandes envolées lyriques, déclinaison du prog rock, en général il n’y a pas de chant.

Parmi la flopée de groupes voici quelques noms : Mogwai, Sigur Ros, Tortoise, Explosions In The Sky, Mono….

Depuis longtemps 65daysofstatic incluent de l’électronique et des programmations dans leurs compositions. Et pour ce nouvel album, elles prennent de plus en plus de place, et finalement on s’éloigne pas mal de leur postrock initial pour rejoindre de plus en plus la sphère drum’n’bass pointue avec des sons qu’Aphex Twin ne renierait pas  comme «Weak 4 » et ils rejoignent aussi le monde de la dance, hé oui, avec le  « Tiger Girl » assez Underworld-ien. Pour leur dernière tournée, ils accompagnaient the Cure, et voici que Robert Smith prête sa voix pour « Come To Me ».

Au final, on constate que le groupe se remet en question, et redéfini son univers, avec le risque de déplaire à ses fans, mais aussi d’en trouver de nouveaux. C’est une très bonne initiative de toute façon que de ne pas s’endormir sur ses lauriers.

Third Eye Foundation « The Dark » – Ici D’ailleurs  2010

TEF est un projet solo electro- drum’n’bass créé dans le milieu des années nonante par un anglais nommé Matt Elliott. Ce projet fut mis de côté, pour laisser la place en 2003  à Matt Elliott auteur – compositeur – guitariste – chanteur, dans ce genre très différent puisque entièrement acoustique, le musicien publie plusieurs disques. En cette fin 2010, il ressort Third Eye Foundation du tiroir.

Dans les deux cas de figure, Elliott produit des musiques sombres et dépressives, C’est le cas pour cet album-ci également, il suffit de lire le titre : « The Dark », tout est dit

Des nappes superposées qui montent et prennent de plus en plus d’ampleur, sur base de drum’n’bass, ça se termine dans un imbroglio de sons digitaux et de voix . Cinq longues plages qui s’entremêlent, des boîtes à rythmes sur lesquelles une rengaine interminable de cordes vient se frotter (Closure), les vocalises d’une soprano au chant lointain qui vont et viennent.. Un disque qui s’écoute attentivement confortablement installé, un disque anti zapette.

Un album, un artiste à re-découvrir….

Syd Barrett « The Madcap Laughs » – Harvest  1969

Musicien,peintre, poète anglais qui,  après avoir fait des études d’art joue dans différents groupes d’étudiants, et fini par rencontrer Nick Mason, Roger Waters, Rick Wright ensemble ils  forment  Pink Floyd. Barrett en est le principal auteur-compositeur,  il participe aux deux premiers albums du groupe : « The Piper At The Gates Of Dawn » en 1967 et « A Saucerful of Secrets » en 1968. Il est un des initiateurs du genre psychédélique, genre qui est tellement utilisé et reproduit depuis quelques temps.

Le psychédélisme est également un mouvement de contre-culture, c’est Woodstock, c’est Timothy Leary, c’est la guerre au Vietnam, ce sont les hippies et enfin c’est le LSD et autres drogues hallucinogènes. Syd Barrett consomme beaucoup de drogues, à tel point qu’il fait un voyage sans retour, il reste coincé dans son imaginaire.  Il quitte le groupe juste après le deuxième album, et continue à composer dans son coin. Il publiera deux albums,  «The Madcap Laughs » en 1970 et « Barrett » tout simplement en 1971 enregistré avec les membres de Soft Machine.

Pour l’enregistrement du disque qui m’intéresse, Barrett est complètement largué dans son monde délirant, et ce sont les membres de Pink Floyd (qui continue sa carrière comme tout le monde le sait) qui viennent à la rescousse, de même que certains membres de Soft Machine. Pink Floyd restera marqué à jamais par ce très charismatique personnage, et lui dédiera plusieurs chansons comme « Shine On You Crazy Diamond » ou « Wish You Were Here ».

L’enregistrement de l’album fut épique, Barrett étant totalement incontrôlable.

Ne vous attendez pas à trouver de grandes envolées psyché sur disque. La majorité des plages sont interprétées à la guitare sèche, avec un accompagnement succinct et chantées d’une voix peu sûre d’elle (Dark Globe) , ce qui en fait d’ailleurs tout le charme avec un petit côté DIY qui fait de ce disque un pionnier de la lofi. Le ton général est plutôt joyeux ayant l’amour  pour sujet, peu de titres sont vraiment électriques (No Man’s Land ou No Good Trying).
Sa carrière fut donc très courte, seulement quatre ans, depuis il est retourné à Cambridge et vit de ses royalties, toujours enfermé dans son monde intérieur.
Un incontournable du rock si on veut en connaitre l’histoire et ses racines. Et qui dit incontournable dit aussi indémodable.
Sa carrière fut donc très courte, seulement quatre ans, depuis il est retourné à Cambridge et vit de ses royalties, toujours enfermé dans son monde intérieur
A voir aussi les dvd’s sur Syd Barrett et Pink Floyd, leurs programmes sont semblables à part les bonus. Il s’agit de différents témoignages de personnalités ayany connu Barrett.  L’histoire de ce musicien et du groupe est extrêmement touchante.

Bonnes découvertes

Brigitte

 


Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Molenkamp, Chouchous du rock, Les divans du rock, Pop Rock, RDV de la média de Bxl-Centre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s