Best of des musiques du monde 2010 (suite et fin)

Après vous avoir présenté les albums pour l’Europe et l’Amérique, nous passons sur le continent africain cette fois.

Avec « Chamber Music« , le label No Format nous offre une belle histoire à écouter, la rencontre de la kora du malien Ballaké Sissoko et le violoncelle du français Vincent Segal. Nous sommes loin de la fusion de la « world music ». C’est une rencontre de deux musiciens à l’écoute l’un de l’autre dans le respect de la tradition de chaque instrument. Pour l’anecdocte, Ballaké Sissoko et Vincent Segal sont nés le même mois de la même année, était-ce un signe? Pour en revenir à l’album, je ne peux que vous conseiller ce petit bijoux peuplé de murmures et d’intimité.

Lobi Traoré est considéré comme un des ambassadeurs du blues bambara. Son dernier album « Rainy season blues » sorti chez Glitterhouse records, est composé de chansons, une voix et une guitare, tout simple. Dix titres couchés sur bande un jour d’août 2009, en une seule prise continue de quatre heures et sans ordre de passage prédéfini, chaque morceau étant appelé au micro en fonction du feeling de l’artiste. C’était sa dernière session d’enregistrement avant son décès le  1er juin 2010. Superbe album de blues africain en toute simplicité et authenticité.

 

Nous restons encore au Mali avec Bako Dagnon. Originaire d’une famille de griot, sa connaissance extraordinaire des cultures et traditions des 27 communautés ethnolinguistiques maliennes a poussé Ali Farka Touré à la consulter régulièrement. En 35 ans de carrière, Bako Dagnon a réalisé 5 albums diffusés localement. Ce n’est qu’en 2007 qu’elle sorti son premier album international « Titati » suivi maintenant de ce second opus « Sidiba » composé de chansons du répertoire mandingue des griots mais aussi des compositions. Un bel album de musique malienne contemporaine ancrée dans la tradition.

Après le Mali, remontons un peu plus au nord et passons par l’Algérie. Sur une base de musique gnawa (musique pratiquée principalement par les descendants des esclaves noirs du Maghreb), Hasna El Bécharia, chanteuse, guitariste et joueuse de guembri, n’hésite pas à attirer ses musiques vers des univers chaabi ou rock. Pour info, le guembri est un instrument à cordes pincées des Gnawa. Et pour en revenir à l’album, « Smaa smaa« , c’est un très bel album, en voici quelques extraits.

Voici un album qui me touche beaucoup, même si je ne connais pas bien cette grande chanteuse égyptienne à la voix extraordinaire qui était Om Kalthoum. Ghalia Benali a voulu rendre hommage à celle qu’on appelle « la constellation de l’orient » en toute simplicité. Sans chercher à se mesurer à la diva, elle réussi à restituer cette émotion qui nous submerge lorsqu’on écoute son chant profond, sincère et authentique. Le grand orchestre faisant place à un accompagnement réduit à l’essentiel et composé de Moufadel Adhoum au oud (luth arabe), de Vincent Noiret à la contrebasse et de Azeddine Jzouli à la percussion, ce qui permet d’encore mieux apprécier le chant et la voix de Ghalia Benali.

« Mounqaliba« , le dernier album de Natacha Atlas, a été enregistré à Londre avec la participation de la pianiste Zoe Rahman, d’un ensemble turc et d’un orchestre de chambre. Très acoustique et une vraie réussite, cet album de création est principalement composé de compositions originales à l’exception de deux reprises, « Riverman » de Nick Drake qu’elle sublime et elle récidive avec Françoise Hardy, « La nuit est sur la ville ».

Voici encore une voix qui me touche, Mariem Hassan est la voix d’un pays qui n’existe pas, le Sahara Occidental situé au nord-ouest de l’Afrique. Sur ce dernier album « Shouka » (l’épine), elle chante un peuple, les Sahraouis, qui erre dans le désert. Je suis littéralement hypnotysée par les modulations et la force de sa voix. A écouter.

Rien à voir avec l’album mais parce que c’est une belle rencontre, voici une petite vidéo…

Nous quittons l’Afrique pour passer sur le continent asiatique.

« Shahkilid » (la clef universelle) est le fruit d’une longue collaboration entre Dâdmehr et Shahrâm Mirjalâli qui dure depuis plus de vingt ans. Formé à la musique classique perse, « Shahkilid » ouvre la voie à un renouveau de la musique classique perse où de brillantes improvisations et des sonorités perses enrichissent un répertoire occidental classique. Mêlant des musiciens belges et iraniens classiques, dont Shahram Mirjalali ( târ et oud), Dâdmehr (tombak et daf), Sébastien Walnier (violoncelle) et Davood Varzideh (ney). Une petite écoute pour vous donner une idée… et à titre informatif, si je ne me trompe pas, c’est la troisième excellente production du label Muziekpublique, à suivre…

Dans « At the Black Sea« , Trio Carpion (trio israélien) interprète avec virtuosité, mais aussi avec beaucoup d’humour et de fraîcheur, des chansons et des airs yiddish et klezmer, mélangeant aussi les instruments orientaux comme le oud (luth arabe) avec les cuivres. La première plage donne le ton. A découvrir!

On voit dans les années 60 et 70 une révolution et une explosion de la musique pop, folk, rock et psyché anglophone, du moins c’est ce que l’on croit… ce mouvement c’est fait sentir dans le monde entier et notamment en Iran. Le label Finders Keepers nous propose ici une compilation, « Pomegranates« ,  de 16 titres à découvrir absolument.

Et je terminerai par un disque festif.Vous avez envie de danser toute la nuit, puisez dans cette compilation « The rough guide to Bhangra« , c’est impossible de rester de glace. Le bhangra est une musique urbaine des Indo-Pakistanais britanniques, aux paroles et rythmes punjabi. A l’origine, le bhangra est né dans le Penjab en Inde, c’était une musique de danse associée aux festivités liées à la fin de la moisson. Cette musique paysanne était accompagnée par le dhol, percussion à deux membranes. Ce rythme devint extrêmement populaire au Penjab et se répandit jusque dans les grandes villes où il devint musique de détente et de plaisir.

Voilà, voilà, encore une bonne chose de faite et à l’année prochaine pour un nouveau best of…

Mais non, c’est une blague, je reviendrai avant sur le blog, c’est promis!

A bientôt.

Anne Lecomte

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 2/ Nos collections:, 3/ Nous, Anne Lecomte, Best Of 2010, Musique du Monde, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Best of des musiques du monde 2010 (suite et fin)

  1. Ping : Les chouchouX de Anne | Le blog de la médiathèque de Bruxelles-Centre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s