– Les chouchous du rock dans le divan (34)

Troisième et dernier épisode des chouchous du rock dans le divan du 12 février

Momus « Hypnoprism » – Analog Baroque 2010

Momus alias Nick Currie, auteur – compositeur – agitateur écossais, il évolue dans les genres pop – électro. Il a commencé sa carrière au sein de Happy Family qui comprend trois membres du futur Josef K. En 1984, il continue son chemin tout seul sous le nom de Momus (comme le dieu grec de la moquerie). Il sort son premier album « Circus Maximus » en 1986. Ses textes traitent souvent de sexualité de façon très explicite, c’est ce qui lui vaut pas mal de critiques. Avec « Poison Boyfriend » il parle d’homosexualité, sur son album « Hippopotamomus », il rend hommage à Gainsbourg, mais se trouve en procès avec le fabricant de pneus  pour « Michelin Man» qu’il compare à une poupée gonflable.. A ce jour il a publié une bonne vingtaine d’albums. Il fait ses tournées tout seul quasi uniquement chargé de son séquenceur.
Avec Hypnoprism, il fait référence à Youtube, et à la façon dont le public regarde les clips comme hypnotisé, et recherche avidement les musiques et les vidéos de leurs artistes préférés. Il parcourt le net, traque les tubes, il en relève leurs spécificités, leurs mécanismes, et utilise ces infos pour en faire le sujet de son album.  Le sax d’intro d’Hypnoprism fait allusion  à Sade, « Charm Song » reprend des samples d’une vieille ringardise de Mantovani transforme l’original en bossa nova synthétique,  « Datapanik » raconte les déboires que nous rencontrons quand notre  PC se crashe …plus de photos de vacances (Photoshop), plus d’amis (Facebook)……. Tout ceci raconté avec pas mal d’ironie, et surtout une belle voix grave. Vous pouvez trouver quasi la totalité de l’album mis en images par son concepteur sur youtube, vous verrez qu’il ne manque pas d’humour !

Un petit clin d’oeil à David Sylvian et Sakamoto :

Horsepower Productions « Quest For The Sonic Bounty » – Tempa Recordings

Voici une dizaine d’années que les prémices du dubstep sont apparus à Londres. Il a fallu attendre pas mal de temps pour qu’il perce au grand jour en Belgique. Depuis plusieurs années cette musique est programmée sur certaines chaînes de radio, dans certaines soirées, mais étant éditée sur vinyls principalement, cela reste malgré tout affaire de spécialistes et de niches. Depuis quelques mois quelques gros tubes ont fait surface dans les radios grand public. Exemple : Magnetic Man , trio formé par Skream, Benga et Artwork. En octobre 2008, la médiathèque avait organisé un parcours Dubstep qui présentait très bien le genre, en expliquant son passé, ses artistes, son histoire (dossier toujours disponible à la média de BXL).

Horsepower Productions est une des entités à  avoir contribué à la naissance du dubstep. Ils éditent leurs disques sur le label Tempa, spécialisé dans la production dubstep. Allez  faire un tour dans leur catalogue, il y a de bonnes choses à écouter.

Leur premier album est sorti 2002, il s’agissait en partie d’une compilation.

C’est une formation à géométrie variable qui passe de deux producteurs à …..bien plus ! Ils sont tous cités dans le livret qui accompagne le disque.

Leur album est assez personnel, il y a bien sûr le mélange hybride obtenu par le dub, la dr’n’b,  la basse tout en avant, etc… mais la particularité c’est qu’ils mixent tout ça avec des bandes- son de films qu’ils ont récupéré sur leur vieilles cassettes vidéos. Ces extraits sont faits de dialogues, de musiques, de bruitages, d’ambiances de rue, et rendent l’album beaucoup moins sombre que la plupart des productions dubstep. Un très bel amalgame, et en sachant qu’ils sont là depuis les débuts on ne peut que constater qu’ils font bien évoluer le genre.



Un petit retour dans le passé :

Parlant de dubstep voici deux albums sortis en 1994 et 1995. On y trouve vraiment les racines du genre.

Scorn « Evanescence » – Earache 1994

Scorn « Ellipsis » – Scorn Recordings 1995

Dans cet album de Scorn on trouve Mick Harris (ancien batteur de Napalm Death)  à la batterie, James Plotkin à la guitare et Nicholas James Bullen à la basse, samplers, percussions, voix et guitare.
A sa sortie en 1994, on a étiqueté  « Evanescence » comme  dark ambient. C’est  un disque fantômatique, obscur, post-industriel, dub, angoissant. Bourré d’échos et de parasites,  mais aussi un disque lancinant, ondulant.

Un album qui a marqué l’année 1994 en tous cas, il fut l’album de l’année du magazine Wire.

Quelques mois plus tard, sort « Ellipsis » c’est-à-dire « Evanescence » remixé. Il est même considéré par certains comme supérieur à l’original.
Il faut dire que ce ne sont que des grosses pointures qui apparaissent : Bill Laswell, Coil, AutechreMeat Beat Manifesto….
Laswell  réalise un remix anxiogène  avec un échantillon de Bad Lieutenant d’Abel Ferrara qu’il incruste dans « Night Ash Black ».
Meat Beat Manifesto transforme légèrement « Silver Rain Fell « (en accélérant le beat par exemple) et rend ce morceau inoubliable.
Petite parenthèse à propos de Meat Beat Manifesto, on peut aussi facilement trouver les racines du dubstep dans leur dub – indus – fusion – hip hop.

Puis le groupe est tombé dans l’oubli pour revenir à la surface avec deux albums suite à l’explosion du dubstep

Autres petites suggestions en vitesse :

Ametsub « The Nothings of The North » – Mille Plateaux 2010
Japonais sur Mille Plateaux. Cuts au piano, glitches, IDM….Magnifique !

Senking « Pong » – Raster Noton 2010
Il est installé dans le monde de l’electronica et chez Raster Noton depuis plus de 10 ans. Toujours en quête de nouvelles sonorités, pour ce cd il étudie le jeu Pong. Mais attention, point ici de sonorités « gameboy », on est dans une sorte d’ambient agrémentée d’infrabasses. Sorte d’ambient-dubstep ou de dubstep minimaliste.

Wooden Wand « Death Seat » – Young God 2010
Sur Young God Records – label de Michael Gira. Musique folk- country, c’est le quatrième album de James Jackson Toth, on y retrouve, parmi les collaborations, les noms de membres de Lambchop, Silver Jews et Mercury Rev. Le webzine Boomkat en a dit : ‘A quite exceptional alt. country record from one of the Tennessee music scene’s great outsiders.’ En effet ! c’est un must pour les amateurs du genre.

Ike Yard « Nord » – Phisteria Compact 2010
Groupe fondé à NY en 1979, bon représentant de la scène indus – cold wave. Après de longues années d’interruption, ils reviennent avec un nouvel album…. Et il est très bien. Electro sombre, un peu malsaine, assez tripante.

Bonne écoute et bonnes découvertes !

Brigitte

Merci à Fabonthemoon pour ses photos.

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Molenkamp, Chouchous du rock, Les divans du rock, Pop Rock, RDV de la média de Bxl-Centre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s