– Les chouchous du rock dans le divan (40)

Deuxième épisode des divans du rock du samedi 15 avril 2010

Funeral Party « The Golden Age Of Nowhere » – RCA Compact 2010

 Un jeune groupe californien qui aime brouiller les pistes : leur nom emprunté à the Cure est trompeur, leur musique n’est ni néo-gothique, ni triste  Tout en étant californiens, ils sont très proches de la culture rock new-yorkaise comme the Rapture par exemple. Le trio est constitué d’un chanteur – claviériste  vociférant,  d’un bassiste bondissant et d’un guitariste incisif,  ils sont rejoints par deux batteurs différents et Omar Rodriguez-Lopez apparaît en invité.

Ils sortent un  premier album dynamique et accrocheur, un beat rapide qui ne laisse pas de répit.  A partir du moment où vous appuyez sur Play vous êtes emporté par une frénétique envie de taper du pied et de bouger votre popotin, il faut attendre la fin de l’album et la chanson « Relics To Ruin » pour vous poser un peu, ceci dit ce titre est totalement dispensable.

Et comme ils ne font pas les choses comme tout le monde leur disque est d’abord sorti en Europe et seulement plus tard aux Etats-Unis !
Avec certains collègues, nous avons quelques disques fédérateurs qui nous font bien plaisir quand on a un petit coup de mou, ou tout simplement l’envie d’écouter un disque qu’on a fini par connaitre par cœur, comme the Foals ou Two Door Cinema Club en 2010.  Je crois que Funeral Party fera bientôt partie de notre programme.

Pascal Pinon « Pascal Pinon » – Morr Music 2010

Un bien drôle de nom pour un groupe de 4 musiciennes islandaises !

Pascal Pinon était un jeune mexicain soufrant d’une large tumeur bénigne au sommet de la tête. Il fut découvert et engagé par un propriétaire de cirque qui maquilla l’excroissance en la faisant  paraître comme s’il s’agissait d’un deuxième visage. Pinon fut vedette dans ce freak show durant plusieurs années. Après quelques temps il se fit opérer.

L’image de cet homme est tellement étrange, elle attire et repousse tout à la fois,  elle a dû fasciner les jeunes filles au point de le prendre comme emblème.

La plupart des chansons sont présentées dans leur langue natale. Chansonnettes bricolées interprétées d’une voix juvénile  très douce,  accompagnées à la guitare acoustique et un clavier discret et quelques notes de xylophone ou mélodica.. L’interprétation vocale ou instrumentale donne une impression de fragilité et de peu de savoir-faire.

La réussite de ce disque vient de cette simplicité, de son humilité. Un disque tout mignon.

Un petit tour de label :  Morr Music.

 Je profite du disque de Pascal Pinon pour vous faire faire le tour du label Morr Music, je vais peut-être enfoncer des portes ouvertes pour certains, mais je suis sûre que d’autres y trouveront leur bonheur. Quand on travaille à la médiathèque, on oublie parfois que ce que nous prenons pour du « très connu » ne l’est pas forcément.

C’ est un label indépendant créé à Berlin par Thomas Morr  et Jan Kruse en 1999.

Morr lui a donné son nom et Kruse en a conçu l’esthétique. Ils se font défricheurs de talents  dans un domaine musical émergent à ce moment là,  je parle de la folktronica ou poptronica (un mélange de pop douce interprétée par des instruments live avec une dose d’électro bien sentie, des samples d’instruments, des glitches  …)

Quelques artistes  :  B.Fleischmann, Isan, Lali Puna, Mùm, Tarwater … voici un clip des Islandais Seabear :

On peut également trouver des compilations thématiques particulières dans lesquelles des artistes du label revisitent certains répertoires comme « Putting The Morr Back In Morrissey » composée de reprises de Morrissey et des Smiths, «  Blue Skied An’ Clear »  dont le premier disque est consacré à des reprises du groupe de shoegazing Slowdive et dont  le second  contient des titres inspirés par la musique du même groupe, et plus récemment « Not Given Lightly » deux cd’s qui rendent hommage à la scène alternative néo-zélandaise du label Flying Nun (Tall Dwarfs, the Chill, The Bats….).

Comme la vague de la folktronica s’apaise, le label a tendance à s’étioler un petit peu et ses productions s’étalent de plus en plus dans le temps (quoique le disque des Pascal Pinon tient bien la route), gageons qu’il trouvera un nouveau souffle.

Saroos « See Me Not » – Alien Transistor  2010

Formation composée de membres de Iso68, Lali Puna et The Notwist et produit par Odd Nosdam, un artiste multi-disciplinaire issu du label californien Anticon qui publie principalement de l’electro et du abstract hip hop*.

Que ce soit Morr Music ou Alien Transistor (label de The Notwist) de ce côté-ci de l’océan ou Anticon à l’autre bout du monde, leurs intérets, leurs productions sont proches. On y trouve souvent les  mêmes artistes dans différentes configurations. On peut parler d’une scène consanguine.

Quant à « See Me Not » ce sont d’élégantes mélodies electro, des voix féminines fantômatiques, des scratches, des craquements. Un disque riche en sons satellites, parsemé de petits échantillons venant de toutes parts et tout ceci repose sur une ligne de basse très soutenue qui, comme une colonne vertébrale soutient et donne du ressort , de la dynamique aux compositions.

*Abstract hip hop : courant du hip hop dont les textes sont littéraires, poétiques, ou abstraits,  ils peuvent être engagés mais ne le sont pas forcément.  Certains disques de abstract hip hop sont instrumentaux. La partie musicale est souvent basée sur de l’electro, des nappes synthétiques, des craquements, elle n’a pas forcément un beat marqué, …quelques labels dont les catalogues font la part belle au genre abstract  : Anticon, Lex, Big Dada, Definitive Jux

Bonnes découvertes,

Brigitte

 Ps : Merci à Fabonthemoon pour sa photo.

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Molenkamp, Chouchous du rock, Les divans du rock, Pop Rock, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s