Les chouchous du rock dans le divan (41)

Troisième épisode des chouchous dans le divan du 16 avril 2011

 

 The Fall « This Nation’s Saving Grace » Omnibus Edition – Beggars Banquet 1985

The Fall : tout un programme, pour en savoir plus n’hésitez pas à aller voir l’article des « Clés du Rock » à leur propos dont voici un extrait :

« Groupe rattaché au mouvement punk, fondé en 1977 à Manchester par Mark E. Smith, leader auto-proclamé à vie et seul membre permanent du groupe. En effet, pour un oui, pour un non, il vire les musiciens.  Malgré son caractère extrêmement irascible, cet homme est très talentueux et prolifique. Il a induit une force et une personnalité à son chant et à ses compositions. Phrasé monocorde, textes misanthropes et politiquement engagés, voix nasillarde, un air de je-m’en-foutiste anarchiste, sans compter ses références à la littérature – the Fall d’après La Chute de Camus-.

Ils ont une discographie de quelques 80 cd’s à la médiathèque, comprenant leur discographie officielle augmentée de b-sides, d’inédits et de nombreux live dont le coffret Peel Sessions.  Il faut dire que John Peel était un fervent admirateur du groupe. »

 Aujourd’hui voici la réédition de This Nation’s Saving Grace paru en 1985 dans un magnifique coffret. La boite contient l’album original avec un très beau livret contenant des photos et des notices explicatives, plus deux disques de singles, alternate takes et rough mixes.

Le premier morceau « Mansion » est différent du reste de l’album, c’est un court instrumental assez calme, un prélude. Tout ce qui suit déménage pas mal.  Des riffs de guitare simples mais bien inspirés et des accords de basse appuyés.  La plupart des morceaux ont des thèmes entêtants parce que répétitifs et évolutifs. Leur trame est simple mais redoutablement efficace, ces airs vous vrillent la tête, et la voix monocorde de Mark E. Smith, ne fait rien pour arranger les choses. Donc qu’est ce qu’on fait quand le disque est fini ? on refait Play ! .

D’un bout à l’autre du disque the Fall ne laisse pas beaucoup de répit à son auditeur.

Comme je le dis plus haut, Mark E. Smith aime faire des références culturelles. La chanson « I Am Damo Suzuki » est écrite en hommage à Damo Suzuki le chanteur japonais du groupe allemand Can avec lequel il a sorti leur trois meilleurs.albums (voir également l’article « Clés du Rock » consacré à ce groupe culte.

Une deuxième référence est faite à « Clockwork Orange » – Orange mécanique – écrit par Anthonny Burgess,  avec « To Nkroachment : Yarbles » – Yarbles voulant dire testicule en Nadsat, le langage anglo-russe utilisé par Alex et sa bande, les personnages centraux de l’histoire.

Igor  Boxx  « Breslau » – Ninja Tune 2010

Derrière le pseudo Igor Boxx on trouve Igor Pudio, musicien électronicien polonais membre du duo Skalpel, qui avait sorti 2 albums en 2004 et 2005. Skalpel était déjà publié sur Ninja Tune, et opérait déjà dans une sorte de jazz-electro-trip hop, proche aussi de Cinematic Orchestra.

Pour son premier album solo, il raconte ses racines sous forme d’un concept-album autour de de Breslau.ville polonaise qui fut détruite à 70 % à la fin de la deuxième guerre mondiale. Igor Boxx nous raconte le siège de la ville qui opposa l’armée soviétique à la Wehrmart.

C’est donc une sorte de film pour les oreilles qui débute par un morceau très pesant aux grandes orgues qui nous met bien dans l’ambiance, comme pourrait le faire un générique. C’est un titres totalement différent du reste de l’album. Ensuite les plages alternent les ambiances festives d’avant massacre avec des moments d’émotions fortes et d’atmosphères oppressantes. Pour réussir cela il se sert de collages fortement imprégnés de jazz  sax, trombonne, contrebasse…) qu’il pose sur une trame plutôt electro.

Houlà ! Je suis peut-être en train de vous faire très peur avec mes descriptions.

Alors, sachez que les titres qu’il a choisi de donner à ses morceaux  provoquent dans l’imagination de l’auditeur une  fabrication d’images horribles associées au sons, et il est vrai que si on écoute ce disque en blind test , il est beaucoup plus léger que je ne le décrit ici.

 

Herzfeld Orchestra «  Herzfeld Orchestra » – Herzfeld Vergo 2010

Herzfeld Orchestra c’est une vingtaine de musiciens faisant partie du label strasbourgeois Herzfeld qui s’est réuni pour ce disque. Quand on va sur leur site, on apprend que le label existe depuis 2004, et qu’ils se considèrent un peu comme une famille folk – pop –  rock.

Ils ont établi des petites règles dont une charte graphique et un accord est passé comme quoi tous les musiciens du clan sont enrôlés dans le Herzfeld Orchestra pour livrer un concert de temps en temps. Ce disque n’est que le prolongement physique de ce concept.

L’album a été enregistré en quelques jours seulement.

Il ne s’agit pas ici d’un super-groupe mais bien d’un collectif où chacun y va de sa personnalité. Toutes les plages ont une ambiance différente, un genre différent et en même temps tout se tient bien.

« Close To The Bone » ouvre l’album avec un titre pop calme à la Belle & Sebastian, « At The Schmolzy » propose une ambiance cabaret pop, « Tramp » un peu plus électro comprend un beat plus électro, avec « Days Of Dew » on en revient à une sorte de dreamy pop et ainsi de suite…. Vous avez compris le principe je pense.

Un petit « nouveau » est annoncé sur le label : Philippe Poirier.

Ca tombe un peu sous le sens puisque Poirier est strasbourgeois, et en tant qu’artiste défricheur il ne pouvait qu’adhérer à ce type de projet. Si vous ne le connaissez pas, je ne peux que vous suggérer l’écoute de ses disques ainsi que ceux de Kat Onoma, groupe dont il faisait partie avec l’Excellent Rodolphe Burger (qu’il faut bien sûr aussi écouter) . Mais là je commence à m’égarer !

Bonnes découvertes,

Brigitte

PS : Merci à Fabonthemoon pour sa photo.

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Molenkamp, Chouchous du rock, Les divans du rock, Pop Rock, RDV de la média de Bxl-Centre, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les chouchous du rock dans le divan (41)

  1. Pierre dit :

    t’es bien sur la photo :-)
    The Fall total respect et en plus tu réussis à faire un film d’horreur sur ninja tune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s