Parcours fan-tas-tique (4) : les films clés avec super-héros

Les films de super-héros représentent un genre à part entière mais sont logiquement intégrés dans la Fantasy.  Un super-héros est généralement un type de justicier, se distinguant par des capacités extraordinaires, souvent surhumaines ou par un super équipement. Néanmoins, nous assistons à une évolution du genre puisque dernièrement, des films avec des faux super-héros sortent sur la toile. 

Superman de Richard Donner (1978)

Un quart de siècle avant que les comics deviennent le réservoir à scénarios que l’on sait, la Warner entreprit de porter à l’écran le plus célèbre de ces mythes modernes. Depuis, aucun film de super-héros n’a mieux manifesté son dévouement et sa sincérité, invitant le lecteur à opérer un simple glissement médiatique. Il a fallu attendre Spider-Man pour découvrir un blockbuster super-héroïque aussi réussi (et Sam Raimi ne se prive pas de faire référence à Superman). Sans le film de Donner (et ses suites médiocres) il est fort probable que la vague comics ne serait qu’une vaguelette dans l’horizon cinéma. (Filmdeculte.com)

Batman de Tim Burton (1988)

Fin des années ’80, la mode du super-héros au cinéma est relancée grâce à Tim Burton. Notre justicier Batman apparaît comme un grand solitaire meurtri. L’ambiance du film se veut plus celle d’un film noir que d’un film de SF. Tim Burton s’est largement inspiré de la bande dessinée Dark Knight de Frank Miller. (BS)

Spider-man de Sam Raimi (2001)

Avec Sam Raimi, la représentation du super-héros prend un nouveau tournant. Après avoir connu le Superman idéologique des années ’70 et le Batman traumatisé et nébuleux des années ’80, nous voici face à un Spider-man presque schizophrénique dans une Amérique post-11 septembre. Le super-héros se verra désormais dans un contexte contemporain et réactualisé. (BS)

V for Vendetta (2006)

La nouveauté essentielle qu’apporte le film de  McTeigue au cinéma grand public, c’est de faire du terroriste V ( Hugo Weaving) et de sa complice Evey ( Natalie Portman) les personnages positifs du film, comme cela était déjà le cas dans la BD d’origine. La réussite de V pour Vendetta tient dans cet unique programme, faire naître dans un cadre fantastique les maux réels et profonds de nos sociétés actuelles. (Findeséance.com)

Iron man de John Favreau (2008)

Le réalisateur (…) ne s’est pas contenté de livrer un spectacle pyrotechnique à gros budget. Il a apporté un soin tout particulier à l’écriture des personnages. [Le] sens inné de la dérision [de Robert Downey Jr] confère à Iron Man une légèreté salvatrice. (Monsieurcinéma.com) Quand le super-héro devient séducteur.

Le Chevalier noir / Dark knight de Christopher Nolan (2009)

Nolan s’éloigne décidément de la BD d’origine pour donner au super héros une couleur noir d’encre. Ce nouvel opus s’apparente plus à un thriller sombre qu’à un simple film de super héros. La qualité de la mise en scène ainsi que la magistrale interprétation d’Heath Ledger confèrent au film une ambiance des plus tendues absente des autres volets de la série.

Watchmen de Zack Snyder (2009)

Watchmen, le livre, incarna voici vingt ans ce moment cruel et désenchanté de l’histoire des super-héros américains. Le film, lesté d’une histoire récente qui se passe de commentaires, a l’intelligence de n’y avoir rien ajouté. (Le Monde)  Quand le super-héros ne l’est plus.

Kick-Ass de Matthew Vaughn (2010)

Un adolescent s’improvise en justicier de la ville en se confectionnant un habit de super-héros, sans toutefois en avoir les supers pouvoirs. Kick-Ass est à la base un comics publié en 2008, qui se base sur le rêve de nombreuses personnes désireuses de se faire justice eux-mêmes. Le film du super-héros se voit corrigé, détourné, pastiché. Quand le super-héros ne l’a jamais été. (BS)

A suivre, chapitre (5) : les films clés du cinéma fantastique

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Brigitte Segers, Cinéma (fiction), est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s