Florilège (17)

« Le petit recueil de nouveautés classique »

Pour connaître la disponibilité de l’un ou l’autre des média, cliquez sur la vignette correspondante.

 

Bonjour Paris – Albrecht Mayer

  Tirant le hautbois des rangs de l’orchestre, Albrecht Mayer a développé un langage bien à lui d’où se dégage une sensualité sans limite qui ne tombe jamais dans un excès sirupeux. Le répertoire de l’artiste est varié allant de la musique baroque à la musique contemporaine et le présent enregistrement comporte quelques unes des plus belles pour hautbois ou hautbois d’amour, adaptations du grand répertoire français de ce début du 20ème siècle ou pièces originales écrites pour l’instrument. C’est ainsi que l’on peut découvrir avec ravissement l’Eté op.18 de Gotthard Odermatt ou encore l’Horloge de Flore de Jean Françaix qui sans conteste témoignent de la longue passion du musicien pour la musique française.

Et le secret d’Albrecht Mayer, musicien par passion est très simple « En fait, je suis venu à cet instrument un peu par hasard. Je me suis un jour trouvé devant une boîte contenant un hautbois et je suis immédiatement tombé amoureux de l’instrument ». (PC)

 

Elizabeth Watts – J.S Bach Cantats & Arias

  Elizabeth Watts propose son premier récital chez Harmonia Mundi. Constitué par de célèbres morceaux de bravoure de J.S. Bach, destinés à la voix de soprano. Originaire de Norwich en Grande-Bretagne, Elizabeth Watts entre dans le choeur de la cathédrale de la ville, étudie l’archéologie à Sheffield et revient à la musique au Royal Collegue of Music de Londres. Depuis 2006, ce jeune talent a déjà reçu de nombreux prix: le Kathleen Ferrier Prize; le MIDEM Classical Awards; le prix de Chant de Cardiff,…. et j’en passe. En un mot, à suivre! (MDW)

 

Une Alchimie Musicale – Raphaële Kennedy – Dietrich Buxtehude

  La voix de Raphaële Kennedy est un bijou précieux qui joue de ses fragilités apparentes. Dès la première pièce, le chant se glisse en tapinois dans le silence laissé par les instruments, un vrai  » dulcis « , sensuel et incarné. Son travail vocal fait appel à la sensualité, à la théâtralité et à la rhétorique. Tout est mis au service de celle-ci pour faire de la musique une amplification de la parole. Ici point de virtuosité ostentatoire, d’effet grandiloquent mais une justesse de ton, une pureté d’émission en rondeur et une intelligence du contexte qui nourrissent l’œuvre de l’intérieur. Ainsi le Klag-lied est un sommet d’intériorité et de sobriété qui reste longtemps dans les oreilles. Le choix de nos interprètes n’est pas des plus faciles à faire passer : rassembler sous forme d’anthologie une série de pièces écrites dans le mode mineur, à l’ambiance peu contrastée et contenant des transcriptions maladroites de grandes oeuvres pour orgue. Le charisme de Raphaële Kennedy rachète ces péchés de jeunesse et laisse même un goût de trop peu. (AG)

 

Joyce  DiDonato  – Haendel’s Ariodante

  Où s’arrêtera donc Joyce Didonato? Depuis ses albums « Furore » (BH3501) et « Diva, Divo »(GC4161), tous deux primés, rien ne semble la freiner. Dans « Ariodante », elle incarne le rôle du jeune prince, c’est-à-dire une nouvelle fois dans un rôle travesti. Composé pour le castrat Carestini, le rôle d’Ariodante comporte deux airs célèbres: « Scherza, infida » (qui illustre la douleur du prince persuadé d’être trahi) et « Dopo notte » (qui évoque un retour à l’optimisme après un passage à vide). Aux côtés de Joyce Didonato, la soprano Karina Gauvin (Genièvre), Marie-Nicole Lemieux (Polinesso) Sabina Puertolas et le ténor Topi Lehtipuu.

Autour d’une intrigue amoureuse (pour une fois simple), Haendel compose une partition qui ne se réduit pas aux airs célèbres mais qui joue avec les contrastes entre bonheurs et déceptions et qui surprendra par sa puissance théâtrale et très expressive. (MDW)

 

Contributeurs :

Au service des collections :

Nathalie Ronvaux (NR) ~ Anne Genette (AG) ~ Andrée Forster (AF) ~ Marie de Wautier (MDW)

Jacques Ledune (JL)

A le Média Bxl :

Françoise Vandenwouwer (FVW)

Philippe Cantaert (PC)

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Florilège, Musique Classique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s