Les clés du rock : Pale Fountains « Pacific Street » (18)

Le premier album luxuriant d’un groupe de Liverpool issu de la classe ouvrière. Leur pop qui rêve avec ferveur d’émancipation ne rencontrera pas le succès qu’elle mérite de manière pourtant flagrante.

Michael Head fonde les Pale Fountains avec son frère John et le bassiste Chris McCaffrey au début des années 80 à Liverpool. Il a 21 ans et son frère 17. Très vite, le groupe se fait courtiser par les maisons de disques le plus importantes de l’époque. Les Pale Fountains signent avec le label Virgin un contrat d’un montant très important (130.000 livres sterling).

Les musiciens sont installés à Londres par leur label et mis en studio dans des conditions royales. Pour des fils de mineurs qui ont appris la musique en reproduisant à l’oreille les disques des Byrds et de Love, le transfert est déstabilisant mais l’album qui en sort en 1984, « Pacific Street », est une grande réussite.

Michael Head écrit des textes romantiques de jeunes hommes qui rêvent d’émancipation et compose des chansons pop nourries au meilleur folk. Mais il y a deux choses frappantes sur l’album. Tout d’abord l’ouverture de ces chansons à d’autres langages musicaux : guitare flamenco en ouverture puis rythmique brésilienne sur « Something On My Mind », jazz avec un solo de piano sur « Natural », utilisation de steel drums et d’effets dub sur « Crazier »…  Et d’autre part la luxuriance des arrangements. L’orchestre payé par la maison de disques pour l’enregistrement n’y est pas pour rien – même si Michael Head a confié avoir tenté de le rendre le plus discret possible – mais il y a aussi les interventions nombreuses et inspirées du trompettiste Andy Diagram qui est alors membre du groupe à part entière.

L’album est cependant un échec commercial. Peut-être trop subtil pour le grand public, il y manque sans doute un tube imparable, à la Come On Eileen des Dexy’s Midnight Runners ou à la Spandau Ballet,  qui lui aurait assuré une percée populaire. Plus grave, le groupe, déraciné à Londres, résiste mal aux tentations de la vie de musiciens pop choyés par leur label. Un deuxième album sort en 1985 avec le même insuccès et ensuite le groupe se dissout dès le départ de Chris McCaffrey. Michael Head et son frère refont depuis surface de manière épisodique, principalement sous le nom de Shack, mais en n’offrant plus que le reflet fatigué de l’extrême brillance de leur premier album.

Jean-Grégoire Muller

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Jean-Grégoire Muller, Les Clés du rock, Pop Rock, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les clés du rock : Pale Fountains « Pacific Street » (18)

  1. Oui, Michael Head a sûrement ses raisons de continuer à publier de la musique, « On The Corner Of Miles & Gil » paru en 2006 sous le nom Shack est même pas mal du tout. Mais il faut chérir surtout ces moments, finalement rares, où tout est en place, et c’est le cas ici.

  2. arbobo dit :

    l’épilogue de cette aventure magnifique est encore plus triste,
    l’an dernier michael head s’est fendu d’un album solo tellement mauvais que, fort heureusement, personne n’en a parlé.
    du genre « silence embarrassé » :-/

    vite, se remettre Pacific street pour conjurer le sort :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s