Les chouchouX de Anne

Bande de petits veinards, vous avez attrapé la floche et c’est reparti pour un tour…

Voilà que le label de Chicago, Numéro Group, élargi ses horizons à la musique latine. Nous avions déjà écouté les productions du label Fania records qui sont elles axées sur la scène latine des années 70 de NYC, ici Numero Group nous propose une compilation de la scène latine de la même période à Chicago. Dans cette série, il y avait déjà eu le Cult cargo: Belize city boil up, compilation qui rassemblait un échantillon assez varié allant du rocksteady au reggae roots, soul disco, funk, … Cette fois, cette compilation met l’accent sur la salsa du milieu des années 70 issue de la communauté portoricaine de Chicago et nous laisse à écouter des petites perles inédites!

De formation classique, le pianiste et compositeur argentin, Gerardo Jerez Le Cam a intégré différents ensembles de musique classique, musique contemporaine ainsi que dans des ensembles de folklore argentin et de tango.En 2005, il monte le Jerez Le Cam ensemble dont voici le 5ème projet, Tango Balkanico. Compositions originales dans lesquelles les sons syncopés du tango croisent les sons balkaniques et donnent à entendre des instruments que nous n’avons pas l’habitude d’entendre ensemble tels que le bandonéon, le cymbalum, le violon et le piano. Assez retenu et classique. A découvrir!

Un des plus ancien groupe vocal de bossa, Os Cariocas enregistrait son premier disque en 1948, la valsa de uma Cidade un 78 tours, à l’époque où les radios payaient les musiciens pour jouer en direct. Voici une compilation d’enregistrements s’étalant entre 1949 et 1959 dans laquelle vous pourrez écouter ce premier enregistrement.

Auteur, compositeur et interprète, Márcio Faraco sort son 7ème album, un album qui parle de sa vie et de l’amour. En plus de sa guitare six cordes, il joue aussi de la viola caïpira (guitare trois-quart à dix cordes métalliques dont la particularité est d’avoir la corde la plus aiguë au milieu), de la craviola et de la guitare ténor (guitare à quatre cordes).

Partageant sa vie entre Paris et Barra da Tijuca, quartier de Rio, il a enregistré l’album à Niterói dans l’état de Rio de Janeiro avec l’ingénieur du son de Neil Young et le mixage s’est fait à Paris, le tout nous donnant un album assez intimiste aux accents de bossa nova.

Probablement dérivé de « sambeli » (pratique musicale et culte de possession chez les Songhay et les Hausa), le stambeli désigne des pratiques rituelles et musicales implantées en Tunisie par les esclaves et les migrants venus d’Afrique noire entre le VIIIème et le XIXème siècle. Afin de se retrouver et trouver refuge, ils ont créé un réseau de « maisons communautaires » qui seront baptisées en fonction de l’origine géo-culturelle de ses membres. Après l’indépendance de la Tunisie de 1956, ces maisons ont progressivement disparu, la seule ayant subsisté étant celle de « Dar Barnou ». Les chants de louanges du stambeli, interprété ici par Salah El-Ouergli, s’adressent autant aux saints de l’Islam maghrébin qu’aux esprits des traditions subsahariennes. Salah El-Ouergli au gumbri est aussi accompagné de musiciens aux shqashiq (crotales de fer), au bendir (tambour sur cadre), à la gas’a (plat en bois) et aux kurkutu (petites timbales en terre cuite). Si vous appréciez déjà le gnawa marocain ou le diwan algérien, vous devriez apprécier cet album.

Et si vous désirez en savoir plus, je vous conseille ce site consacré au stambeli en long et en large.

Voici un label que j’apprécie pour son travail sur le patrimoine musical de la Réunion ainsi que des îles du sud-ouest de l’océan Indien en nous proposant des artistes disparus ou oubliés qui ont marqué l’histoire de la musique locale.

Sur base de collectage, Tabamka (le label donc) nous offre une photographie du paysage musical mahorais en insistant sur les musiques de la tradition orale dans la volonté de mettre l’accent sur des pratiques et savoir-faire tombés dans l’oubli. On peut y découvrir un répertoire religieux lié au culte musulman, notamment au soufisme, des musiques de régulation sociale, des chants de travail, des divertissements collectifs et des rites à mi-chemin entre possession et culte des ancêtres (rombo). Vous pourrez aussi apprécier les images du dvd consacré à la facture et la technique d’exécution des instruments ainsi qu’aux danses et cérémonies populaires mahoraises.

Dans l’attente de recevoir le dernier né de Tinariwen, voici déjà une actualité touareg bien remplie. Toumastin (Mon peuple) est le deuxième album de Tamikrest et toujours chez Glitterhouse. On y retrouve les guitares du désert accompagnées de leurs percussions et les chants de lutte d’Ousmane Ag Mossa, le leader du groupe, qui entend perpétuer la culture tamashek et défendre ses droits.

Pour Terakaft, c’est déjà le troisième album. Pour rappel, le groupe fut fondé en 2006 par Kedou Ag Ossad, ancien membre de Tinariwen qui a repris sa route d’électron libre depuis trois ans déjà. Aratan N Azawad nous donne à entendre les guitares lancinantes du désert, peut-être un peut plus rock et en tout cas avec un son plus clair qui diffère de leur premier album que j’aimais beaucoup, j’ai nommé Bismilla.

Pour le groupe Bombino, c’est le deuxième album, le premier étant sorti chez Sublime Fréquencies. Le guitariste et chanteur Omara Moctar est passionné par Ali Farka Touré, Tinariwen ou encore un autre malade de guitare, Jimi Hendrix. Autodidacte, il épate par le bouillonnement épuré de son jeu de guitare et la finesse mélodique de ses chants. Et pour ceux qui connaissaient déjà le premier album, je vous rassure, le son est meilleur ici!

La vidéo aussi…

Voici le troisième volume de la série Nigeria 70 lancée en 2001 par le label Strut records, série que je vous conseille de creuser. Sweet times fait la part belle à l’afro-funk, au high-life et au juju de Lagos (à creuser aussi!). C’est donc une compilation de petites perles qui ne sont jamais sortie du Nigéria et qui vont vous fait bouger, même si le son n’est pas extra, vous allez vous trémousser, je vous le garanti!

Dans son premier album, New King of Klezmer Clarinet, Yom faisait référence à Naftule Brandwein, musicien new-yorkais né en Ukraine à la fin du XIXème siècle, et s’était auto-proclamé nouveau roi de la clarinette klezmer (après Naftule Brandwein). Dans le deuxième, Unue, il nous proposait un album plus intimiste sur lequel il composait des duos avec des amis pianiste, trompettiste, percussionniste, … en toute simplicité. Ici, avec With love, nous voici reparti dans un vent turbulent de folie et de génie. C’est en super héros de BD accompagné de ses Wonder Rabbis qu’il nous revient. Cet homme a une imagination débordante et nous propose donc un album de déjanté certes, mais de qualité dans lequel il mêle le klezmer à des rythmes orientaux mais aussi aux sons new-wave et électro-pop. Un album que je ne peux que vous conseiller d’écouter pour son côté innovant mais en plus c’est bon et il a de l’humour!

Oups, cette touche finale est des plus énergique, je vous laisse reprendre vos esprits et vous dis à bientôt!

Anne Lecomte

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Anne Lecomte, Chouchoux en musique du monde, Musique du Monde, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les chouchouX de Anne

  1. Ping : Blog de la média de Bruxelles-Centre : "Les chouchouX de Anne" | For music lovers only | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s