Courants Souterrains (2.2) – Le « Krautrock » – (La Vague Planante ou Kosmische Musik)

Le « Krautrock » : 2ème partie : La « Vague Planante » ou « Kosmische Muzik »

 Dérivé de la vague « Krautrock », la « Kosmische Musik »représente le côté planant. Des formations comme Tangerine Dream, Klaus Schulze ou encore Ash Ra Tempel vont popularisés et mettre en avant le synthétiseur dans le contexte rock. De nombreux genres musicaux vont naître de la « Kosmische Muzik » comme la « New-Age » ou encore «l’Ambient Music ».

TANGERINE DREAM.

Edgar Froese fonde Tangerine Dream fin 67.  Le personnel qui l’accompagne fluctue au gré de ses aspirations et des concerts donnés. En 1969, il rencontre Steve Jolliffe, Klaus Schulze et Conrad Schnitzler. De cette collaboration éphémère sort l’album « Electric Meditation » qui, en fait, est au départ une simple répétition.  A peine l’album enregistré, Steve  Klaus et Conrad quittent Edgar pour d’autres projets musicaux. Celui-ci s’entoure d’une nouvelle équipe : L’organiste Steve Schroyder et le batteur Chris Franke du groupe Agitation Free. Ensemble, ils composent l’album « Alpha Centauri » en 1972. La vague planante allemande (appelée la Kosmische musik) est né ; Faite d’ondulations sonores produites par les synthétiseurs analogiques de l’époque. Des sons de flutes et d’orgues renforcent l’aspect « planant » et  « solennel ». Après une tournée en Allemagne et en Autriche, steve Schroyder quitte le groupe et est remplacé par l’organiste Peter Baumann. Le double album « Zeit » suit aussitôt en 73 sous forme de quatre longues plages de plus ou moins 20 minutes. L’ajout du violon et du violoncelle accentue la touche aérienne et contribue à la maturation du style. La période « Kosmische muzik » de Tangerine Dream se prolonge avec les albums « Atem », « Phaedra », « Rubycon », « Ricochet » et « Stratosfear » jusqu’aux alentours de 1977.

KLAUSE SCHULZE.

Klaus Schulze est sans doute l’un des personnages principaux de la scène Berlinoise. Fin des années 60, Il participe entre autre aux débuts de Tangerine Dream et d’Ash Ra Tempel. Multi-instrumentiste, il traine dans divers projets puis décide de travailler sur son propre projet. L’élaboration de symphonies synthétiques. Il va se rendre à l’université libre de Berlin et y faire des prises de sons afin d’acquérir une matière sonore acoustique. La sonorité des cordes collectées vont servir à une partie de l’élaboration de l’album « Irrlicht » (1972), symphonie pour orchestre et instruments électroniques. Le double album « Cyborg » sort courant 73. Les sonorités électroniques sont plus abouties ainsi qu’une présence acoustique plus forte. Il progresse ainsi à l’allure d’un album par an. En 1975, il fait sa première grande tournée européenne et enregistre « Timewind » qu’il dédie à Richard Wagner. L’année suivante il s’attelle aux branchements complexes moog (synthétiseurs légendaires ayant un grain sonore qui leurs sont propres). Il sort son cinquième album solo « Moondawn ».  Plus accessible, il remporte un franc succès. En 77, il élabore la musique du film érotique  « Body Love I et II ». La même année, il rejoint le label Island qui publie « Mirage ». Lors de la tournée de l’album, il joue en Angleterre, en France et en Belgique (dans la cathédrale saint-Gudule à Bruxelles). Il clôt les années 70 avec « X » et « Dune ». Dans le courant des années 80, comme bon nombre de musiciens, il quitte l’analogique pour passer au digital. Il reste néanmoins très prolifique. A l’aube des années 2000, il travail sur la réédition de pas moins de cent références ! (dont 47 sous son propre nom).

ASH RA TEMPEL.

Klaus Schulze qui fréquente régulièrement le studio d’enregistrement berlinois « Beat Studio » y croise courant 1970 Manuel Göttsching et  Hartmut Henke. Ensemble, il fonde Ash Ra Tempel. Après quelques semaines de répétition, le groupe donne ses premiers concerts dans divers clubs et galeries d’art. Ils enregistrent   leur première album en 1971 sur le label de Rolf-Urich Kaiser Ohr Musik (label qui à le vent en poupe dans la gamme Krautrock à ce moment là). Il en sort deux longues plages sonores : « Amboss » (enclume) et « Traummaschine » (la machine à rêve). Leur musique se situe entre « Blues Cosmique », « Acid Rock » et « New Age ». Fin 71, Klaus Schulze quitte le groupe pour se consacrer à son premier album solo. Il est remplacé par le batteur Wolfgang Müller pour l’enregistrement de « Schwingungen » en 1972.  Sur « Light : Look At Your Sun » le chanteur halluciné narre ses trips au LSD.  Six mois plus tard, il enchaine avec l’album « Seven Up » avec Timothy Leary, (écrivain Américain  et neuropsychologue recherché à l’époque  pour sa théorie soutenant les bienfaits spirituels et  thérapeutique du LSD).  En 1973, Klaus Schulze rejoint l’équipe sur l’album « Join Inn ».

En 1974, Manuel Göttsching s’inspire des musiciens minimalistes américains (comme Terry Riley et Steve Reich) et sort « Inventions  For Electric Guitars » basé sur un jeu cyclique et lancinant de guitares. Fin 74, le guitariste  Lutz Ulbricht rejoint Manuel Göttsching. Ils partent pour la France et l’Angleterre en tournée. Courant 75 ils élaborent la musique de film de Philippe Garrel « Le Berceau De Cristal » dans lequel Nico (ex-chanteuse du Velvet Underground) joue. De 1979 à 1980, il enregistre « Correlations » et « Belle Alliance », ambiance minimaliste et répétitive.

Fin 1981, Göttsching et Schulze se retrouvent. Ils vont partir pour une tournée de six semaines à travers l’Europe. A leur retour, ils enregistrent une longue improvisation sonore en studio d’une seule traite. En une soirée l’album « E2 E4 » est crée. Il faudra attendre 1984 pour sa parition sur le label Inteam de Klaus Schulze. En refusant de le distribuer, Virgin passe à côté d’une pièce maitresse qui anticipe de quelques années la « Techno Trance ».

Par la suite, Manuel Göttsching sort une multitude de production, soit sous son propre nom ou sous le nom d’Ash Ra Tempel. En 2002, il crée son propre label « Mg Art » afin de distribuer ses œuvres.

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article a été publié dans Courants souterrains, Jean-François Trotin, Pop Rock. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s