French Cancans – Michel Cloup & Lithium

French Cancans, c’était le salon d’écoute chanson française du 29 octobre. Voici la deuxième partie de ce que s’y est dit, écouté, comme si vous y étiez ou presque.

« Une histoire. Mon histoire. Universelle, banale. Mon histoire. Notre histoire. Dans le creux de ton oreille ce n’est pas rien ». En quelques mots, dans la courte plage d’intro de son album « Notre silence », Michel Cloup donne le ton. En effet ce n’est pas rien, en effet c’est dans le creux de votre oreille. Il en aura fallu du courage à Michel Cloup pour se raconter ainsi, sans artifices. L’ex-Diabologum profite d’une pause d’Experience pour sortir cet album solo ou plutôt duo en compagnie du batteur Patrice Cartier– également batteur au sein du projet Binary Audio Misfits (Expérience +  The Word Association groupe de hip hop alternatif texan). Il s’agit donc d’un récit, à la première personne, un projet intime dans lequel Michel Cloup exprime des faits très personnels. La fin d’une histoire, quelque chose, quelqu’un qui disparaît. L’enfant,  le père faisant part de sa douleur, ses peurs et ses doutes. Une urgence, une spontanéité que l’on retrouve dans les musiques composées avec Patrice Cartier, dans une formule minimaliste mais hyper maîtrisée. Comme une ballade tendue entre guitare, voix et batterie et la parfaite illustration du chemin parcouru par l’artiste. Car comme il le dit très bien lui-même, s’il a souvent fonctionné à la colère elle est ici canalisée, la voix aussi est plus posée, le rythme moins soutenu. Voici un extrait du texte de « Cette Colère » qui ouvre l’album (après l’intro « Mon histoire ») et que vous pouvez écouter juste en-dessous.

« Pas d’autre issue de secours
Que de transformer cette rage
En énergie en amour
Ce que j’avais à faire
pour toi
Recycler cette colère
Ce que j’avais à faire
À nouveau entrer en guerre
Recycler cette colère
Car aujourd’hui plus qu’hier
Cette colère reste mon meilleur
Carburant 
»

Difficile de parler de Michel Cloup sans citer Diabologum, groupe au sein duquel on retrouvait aussi Arnaud Michniak. Ensuite ce fut Experience pour l’un et Programme pour l’autre. Et tout cela nous amène inévitablement à Lithium, label indépendant et intransigeant à l’image de Vincent Chauvier qui le créa au début des années 90. Je le citais déjà dans le premier épisode de « French cancans » puisque « L’Arrière-Monde », premier album d’Holden, est paru en 1998 chez Lithium. Le label aujourd’hui disparu reste indissociable de Dominique A et de « La Fossette » qui marque le départ et donne le ton : économie de moyens, enregistré à la maison, minimaliste,… C’est aussi avec des moyens dérisoires mais une volonté de fer que Vincent Chauvier va tenter de faire découvrir ses artistes : « Quand quelque chose me parle, je ne vois pas pourquoi je serais le seul ». Il y croit et mise tout dans l’aventure, c’était quitte ou double, si « La Fossette » s’était planté il n’y aurait peut être pas eu de suite. Le succès, bien que tout relatif, permettra à Vincent Chauvier de poursuivre ses explorations. Il recherchait un ton, une personnalité. Passionné de musique, de rock notamment et indépendant d’esprit certainement il va lancer quelques beaux pavés dans la mare trop tranquille du rock français. Il défriche en solitaire et n’appartient à aucune chapelle, après Dominique A,  c’est donc  Diabologum mais aussi Betrand Betsch, Jérôme Minière, Françoiz Breut et Mendelson qu’il signe. « La Fossette » peut être considérée comme une « pierre blanche » dans l’histoire récente de la chanson française. Premier album officiellement édité de Dominique A (après le « Disque Sourd », autoproduit) il marque l’arrivée discrète du chanteur dans le paysage musical. Pas de coup de tonnerre donc mais un chanteur gracieux et touchant qui  dans sa cuisine avec son synthé de poche, enregistre l’album qui reste aujourd’hui une référence pour de nombreux artistes. Les disques s’enchaîneront (Si je connais Harry, La mémoire neuve, Remué) ne faisant que confirmer les talents d’auteur et compositeur de Dominique A. Les albums suivant ne paraîtront plus chez Lithium, le succès grandissant éprouve les limites de la petite structure qui ne pourrait plus développer davantage l’artiste. De plus, Vincent Chauvier est toujours plus excité par les nouveaux projets. Il enchaîne donc en 2000 avec « Mon cerveau dans ma bouche » premier album de Programme. Mais retour au point de départ, je vous propose d’écouter « Vivement dimanche », première plage de «La Fossette »:

Voilà en quelques lignes mais il y aurait encore beaucoup à dire sur Lithium. N’hésitez pas à piocher dans cette discographie qui témoigne d’une aventure humaine et artistique sous le signe du talent et de l’innovation. Des disques plutôt culottés dans le paysage musical français de l’époque mais qui souvent restent pertinents aujourd’hui. Tout comme ces artistes qu’ils faut garder à l’oeil : Holden et Michel Cloup nous en avons déjà parlé, Diabologum s’est tout récemment reformé le temps d’un concert mais il y en aura peut-être d’autres. Bertrand Betsch et son nouvel album « Le temps qu’il faut », Jérôme Minière également avec « Le vrai le faux », ils devraient bientôt être disponibles chez nous. Et pour clôturer, voici une vidéo témoignant de la reformation de Diabologum à l’occasion du festival Rockomotives 2011. « La maman et la putain » est une chanson extraite du dernier album du groupe, « #3». Elle tire son titre du film de Jean Eustache dont  Diabologum sample le monologue final. Lors de ce concert , Françoise Lebrun, qui jouait dans le film en 1973, apparaît aux côtés du groupe.

A bientôt pour la suite.

Geoffrey Briquet

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Chanson Française, Coups de coeur chanson, French Cancans, Geoffrey Briquet, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour French Cancans – Michel Cloup & Lithium

  1. Ping : French Cancans – Jérôme Van Den Hole, Wladimir Anselme et Thierry Stremler | Le blog de la médiathèque de Bruxelles-Centre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s