Les clés du rock : Barry Adamson (20)

Barry Adamson réalisateur de films auditifs

Musicien anglais qui sévi depuis 1977, il a trempé dans différentes disciplines, différents genres avec différents musiciens.
Le plus souvent avec beaucoup de talent mais la reconnaissance du public n’a malheureusement pas toujours suivi. Ses disques tombent dans l’oubli, ce qu’ils ne méritent absolument pas. Voici donc un portrait pour vous aider à le découvrir et à défricher son travail.  Je le considère comme un des précurseur de Portishead en terme de narration et d’ambiances urbaines nocturnes anxiogènes.

Il a débuté sa carrière comme bassiste au sein du groupe post-punk Magazine, après quelques pérégrinations il a rejoint Nick Cave & the Bad Seeds pour quatre albums (From Her to Eternity, The Firstborn is Dead, Kicking Against the Pricks, Your Funeral My Trial). Il se lance alors dans une carrière solo et sort du format rock pour faire des musiques pour des films hypothétiques. Il est inspiré par le travail de compositeurs comme Ennio Morricone, John Barry, Henry Mancini, Elmer Bernstein… Et pour commencer il sort « The Man With The Golden Arm » en hommage à Bernstein et au merveilleux film du même nom réalisé par Otto Preminger en 1956*. La version de Adamson est fastueuse, flamboyante. Il continue sur sa lancée et se met à nous raconter des films pour les oreilles, mis en scène comme des romans radiophoniques.

Comme « Moss Side Story » par exemple, son premier album sorti en 1989 qui en est le parfait exemple. Un disque principalement instrumental, dans lequel les voix sont illustratives et aident à planter le décor, ce sont des cris, des voix lointaines dans une rue ou filtrées dans des appels radio…. Pour « On The Wrong Side Of Relaxation, c’est Diamanda Galas qui plante le décor en prêtant sa voix et ses borborygmes inquiétants. On imagine une rue sombre, peuplée de créatures qui vous donnent la chair de poule, ensuite « Under Wraps » peut illustrer une course-poursuite, et ainsi de suite. C’est à l’auditeur de faire jouer son imagination à l’aide de l’outil fourni par Adamson.  Les titres des morceaux aident aussi à se situer dans cette histoire auditive. Ce roman musical est orienté vers le jazz.
En fin d’album, il reprend et transforme le générique de la série « Alfred Hitchcock Presents » basé sur une musique de Charles Gounod, et ceux qui ont raté « The Man With The Golden Arm » peuvent se rattraper ici.
Voici la première plage de l’album, Diamanda Galas assure la partie vocale (halètements, gloussements et cris

)

 « Soul Murder » son troisième opus sorti en 1992 après le six titres « The Negro Inside Me » contient une préface et un épilogue, des bruitages, des petites mises en situation des personnages qui débouchent sur une partie musicale branchée jazz. Adamson est à l’origine de tous les textes, les musiques, la production, les arrangements. Les parties plus orchestrales sont interprétées par de vrais musiciens. Cette fois il reprend et retravaille le thème très connu écrit par John Barry qu’il mixe avec du reggae en référence au film « James Bond contre Dr.No » et nous raconte aussi par exemple l’histoire d’un petit garçon nommé James Bond.

 

« Oedipus Schmoedipus » encore un album qui fait appel au gospel, au rock et au jazz. Il sort en 1996. Il s’offre la participation vocale de Jarvis Cocker (Pulp), Nick Cave … Un disque aux humeurs très tranchées, où un titre des plus légers comme « Something Wicked This Way Comes » copine avec le terriblement angoissant « It’s Business As Usual », on poursuit l’histoire  dans une ambiance plutôt lounge avec « Miles » sa version personnelle de « Milestones » de Miles Davis, on se faufile dans les rues nocturnes et Shaftiennes de « Achieved In The Valley Of Dolls » et nous finissons dans le « Big Bamboozle » sous une bonne escorte orchestrale et luxuriante,  en étant passés par le conte plutôt morbide « Vermillion Kisses ».

Des albums intemporels.

Avec « As Above, So Below » en 1998, il entame un virage vers un format chanson. Son style reste classieux et félin. Trip-hop, jazz, easy listening tous ces genres s’y trouvent. Je vous conseille l’écoute de « Jazz Devil » vous serez conquis.

 

S’il reprend des thèmes connus et les sauce à sa façon, il use également d’échantillons. Les musiques intègrent le jazz, l’electro, la soul, le dub. En 2002, il crée son propre label Central Control International. Il participe aussi à la bande-son de « Natural Born Killers » d’Oliver Stone, et cosigne avec Badalamenti  une bonne partie de la bande originale de « Lost Highway » de Lynch.

En 2010, il sort son premier film « Therapist » dont il signe non seulement la musique, mais aussi le scénario, la production, c’est un film noir de quarante minutes.

*  Un petit plus en bonus : « The Man With The Golden Arm » .

L’affiche du film du même nom a été réalisée par Saul Bass, un graphiste américain décédé en 1996. Il était créateur de génériques et d’affiches de films.

Ses réalisations les plus connues sont : « Vertigo » ou « Psychose » d’Alfred Hitchcock, « Anatomy Of A Murder » ou « The Man With The Golden Arm » d’Otto Preminger, « Spartacus » ou Shining » de Stanley Kubrick.
De belles affiches et surtout des films incontournables.

Bonnes découvertes

Brigitte

PS : ces disques ont été présentés dans les divans du rock du 12 novembre 2011.

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Molenkamp, Les Clés du rock, Pop Rock, RDV de la média de Bxl-Centre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s