Une éducation : l’amour, toujours l’amour…

A 16 ans, Jenny n’est encore qu’une adolescente mais qui a développé une incroyable sensibilité et intelligence pour les arts et les lettres. Première de classe, elle est promue à un bel avenir universitaire et toute l’attention parentale se concentre sur un seul et unique objectif : Oxford university. Ce qui n’est pas sans passer par des privations dans le budget familial, y compris les sorties culturelles tels que grands concerts classiques, donnant un rôle aux parents aussi triste et austère qu’un dimanche de pluie.
C’est alors que Jenny croise David, un homme de goût, dans la trentaine, riche et incroyablement cultivé. Un nouveau monde s’ouvre à elle, celui des restaurants et lieux huppés. Ce qui n’est au départ qu’une amourette que l’on raconte dans la cours de récréation pour épater ses copines prend des proportions insoupçonnées où l’adolescente évanescente devient rapidement jeune femme, goûtant à pleines dents une vie mondaine où l’on achète un tableau de maître aussi facilement qu’un pain et où toute dépense devient complètement anodine. A quelques semaines des examens qualificatifs, Jenny se retrouve face à un choix qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour son avenir…
Si le film se déroulait à notre époque, on y aurait probablement accordé moins d’importance. Mais nous sommes dans les années 60, dans une période encore régie par de nombreuses règles de savoir vivre et d’étiquettes. Qu’une jeune fille ait envie de s’amuser est déjà impensable. Alors qu’une adolescente perde sa virginité au collège est tout à fait inadmissible et qu’une adolescente entretienne une relation avec un homme mature, qui plus est d’appartenance juive, intolérable…
Le fait que Une éducation se passe en Angleterre, avec cette incroyable finesse de ton qui lui est propre, magnifie encore plus le rendu. En sondant l’équipe du film, on ne s’étonne donc pas d’y retrouver le célèbre écrivain britannique Nick Hornby, non pas auteur de l’œuvre mais ici scénariste adaptant une partie du récit autobiographique de la journaliste britannique Lynn Barber. Et vu la finesse du film, on ne s’étonne pas non plus que le film soit réalisé par une femme. Lonn Scherfig, qui est danoise, a déjà une filmographie très interessante à son tableau. Elle a par exemple participé au projet Dogme initié par Lars Von Trier avec Italian for beginners, un film frais et sympathique, ou encore, le très beau Wilbur wants to kill himselUne éducation est son premier film produit hors du Danemark.

Et s’ils jouent excessivement bien, les deux acteurs principaux (Carey Mulligan et Peter Sarsgaard) ne sont pas les seuls responsables de la réussite du film. En effet, de nombreux seconds rôles, aussi excellents les uns que les autres en font une grande réussite qui vous bercera tendrement car Une éducation est à la fois romantique, intelligent, instructif et éclairé. Bref, l’un des incontournables de cette année 2012.

Brigitte Segers

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Brigitte Segers, Cinéma (fiction), est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s