Vendredi, c’est ciné! (2)

Vendredi, c’est ciné !  (2)

Houlalaaa ! Le temps passe… C’est le moment de partager avec vous nos dernières découvertes en famille. L’éclectisme est au rendez-vous avec des comédies, un film d’action et deux documentaires.

Les Winners

Mike Flaherty est avocat dans un petit cabinet en déclin. Il est aussi père de famille et entraîneur  dans un club de lutte dont les résultats ne sont guère brillants. Bref, Mike traverse une période bien morose. Cet homme fatigué, pense trouver la solution à ses problèmes financiers en devenant le tuteur d’un vieil homme et toucher ainsi de quoi renflouer les caisses. Mais Kyle, ado fugueur en crise et petit-fils du vieil homme en question débarque dans sa vie de famille et, surprise, s’avère être un excellent lutteur!  Un peu de bisbrouille entre Mike et sa femme, de l’espoir pour l’équipe de lutte et une famille confrontée à l’accueil d’un jeune en crise.                                                                              Thomas McCarthy, acteur et réalisateur nous livre pour son troisième film, le portrait d’une famille américaine de classe moyenne qui a du mal à joindre les deux bouts et  qui cherche à traverser la crise sans trop de dégâts. Pas de coups d’éclats, mais des personnages comme vous et moi dont les relations évoluent petit à petit tout au long du film. Au final, un film plaisant, sympathique et familial à partir de 9-10 ans.  Si possible, regardez-le en vo, la version doublée vous donnera l’impression de regarder un mauvais téléfilm! Un autre film à vous conseiller de Thomas McCarthy est  The Visitor, film subtil sur les relations entre un soixantenaire et un couple d’immigrés.

 

Intouchables

De l’indissociable duo: Eric Toledano et Olivier Nakache. Philippe est paraplégique, aristocrate et riche, très riche! Déjà entouré d’un personnel aux petits soins, il est à la recherche d’un aide à domicile et fait passer des entretiens d’embauche. Driss en est. C’est un  jeune de banlieue fraîchement sorti de prison dont la seule motivation est d’obtenir un papier signé, prouvant qu’il est en recherche d’emploi et permettant de percevoir des allocations… Contre toute attente, Philippe, touché par le franc parlé et l’absence de pitié de ce jeune, lui propose travail et domicile. Deux hommes et deux mondes aux antipodes l’un de l’autre s’affrontent et s’entrechoquent. Clash, étincelles et amitié naissante. Le jeu des acteurs est excellent, c’est indéniable: maîtrise totale de François Cluzet  et Omar Sy joue avec une énergie contagieuse. Vu le succès phénoménal, je m’attendais à quelque chose de plus drôle.  Pas de gros éclats de rire, mais bon… L’humour est quelque chose de tellement personnel, que ça ne prend pas avec tout le monde. Le film n’échappe pas aux clichés sur les jeunes de  banlieue, dommage. Ceci dit, nous avons passé un très bon moment et ma fille a adoré. Mais sans surprise. A vous de voir et de juger! En France, le film est considéré comme étant tout public, je dirais à partir de 8-9 ans.

La planète des singes, les origines

Le film culte  « La planète des singes » de Franklin J. Schaffner en a inspiré plus d’un. Cette fois, nous allons apprendre comment les singes en sont venus à dominer  les humains et la terre entière.                                                                                                                                                                                        En travaillant à l’élaboration d’un traitement pour éradiquer la maladie d’Alzheimer, des scientifiques expérimentent différents traitements sur des singes. Will Rodman, l’ un de ces scientifiques, a adopté Cézar, un jeune singe. Son père étant touché par la maladie d’Alzheimer, il est  particulièrement motivé pour faire avancer le traitement et se rendra bien vite compte de l’effet « dopant » sur  l’ activité cérébrale de son protégé. Toute une partie du film est consacrée aux relations entre Cézar et sa famille d’accueil, puis ça évolue crescendo jusqu’aux scènes finales, de pures scènes d’action! Voilà un film qui a fait l’unanimité à la maison : efficacité, action, histoire d’amour! Pas mal d’ingrédients pour en faire un film qui captivera la famille entière. Attention, à la fin du film, certaines scènes sont assez violentes! Le film est à voir à partir de 12 ans. Pour ma part, il peut être vu à partir de 10/11 ans si l’enfant est accompagné.

Rize

Rize est un documentaire de David Lachapelle que j’avais vu à sa sortie en dvd et qui m’avait complétement captivée. Suites aux émeutes raciales  de 1992 à Los Angeles et en réaction à la violence ambiante, un certain Tommy Johnson ou Tommy le clown crée un style de danse qui au départ s’appellera le Clown dancing (Tommy, éducateur, se déguise et se maquille en clown pour animer des anniversaires pour les enfants des ghettos). Ces enfants grandissent et le Clowning devient peu à peu « krumping » : mélange de hip hop et de danses tribales africaines d’une  extrême rapidité. Cette forme d’expression artistique devient un véritable phénomène urbain qui  permet à ces jeunes d’échapper à l’enfer des gangs. Ils appartiennent à différents groupes qui  s’affrontent dans des joutes, les « battles » où toute la rage, l’agressivité, la colère sont ainsi exprimées et canalisées.  L’Américain David Lachapelle, célèbre photographe de mode et réalisateur de clips, filme les corps et le krumping au plus près. Fascinant. Mais il ne fait pas l’impasse sur l’extrême violence de la rue, les armes, la drogue et les gangs. En suivant les différents protagonistes, on voit à quelles difficultés ils sont confrontés dans leur vie quotidienne.  L’aspect « danse » est vraiment impressionnant, les autres aspects permettront d’aborder certains sujets de société.

C’est assez intéressant de revoir un film par le prisme du regard de son enfant – ou plutôt par le prisme de son regard de parent. Sous prétexte de protéger nos enfants, on aurait parfois tendance à se cantonner à des choix de films légers, des comédies, sans vulgarité ni  violence, sans scènes traumatisantes. Mais ce serait faire l’impasse sur la vraie vie, non? Documentaire à voir donc, qui sera certainement interrompu par de nombreuses questions et interventions! À partir de 11-12 ans.

Nina Ricci / Narciso  Rodriguez

Documentaire d’une série consacrée à l’univers de la mode. Le principe étant de suivre les heures qui précèdent les défilés de grands couturiers et cela avec un sens aigu du suspens. On passe ainsi dans les différents ateliers, on suit l’avancement de robes et autres tenues qui se créent ou se terminent sous nos yeux. Le processus créatif est mis à rude épreuve. Le niveau d’exigence est tel qu’on sent poindre le stress, la fatigue, l’énervement et les montées d’adrénaline. Mais tout le monde tient le coup : petites mains,  couturières, accessoiristes, brodeuses, plumassières… On découvre ainsi tout un monde qui gravite autour de ces grands noms de la mode qui ne seraient pas grand-chose, si dans leur ombre ne s’activaient des gens passionnés et doués. Intéressant, instructif, palpitant et amusant. Jusqu’au bout, on s’interroge : Mais comment vont-ils faire pour arriver à tout boucler?! … L’envers du décor pour seulement quelques minutes de strass et de paillettes sur les podiums! Plaira à tous les curieux à partir de 9 – 10 ans.

bandeAnnoncePlayer.html?ficheId=6468

Pour vous guider dans le choix des films pour enfants, je vous avais proposé le site d’IMDB en cliquant sur « Parent guide ». Voilà un autre site très bien fait dont la liste de films et dessins animés s’étoffe peu à peu : http://www.presences.online.fr/video/videoaccueil.html
Avec des grilles d’analyse et une idée très judicieuse, deux indications d’âge : L’une – » Sans dégâts dès… » et l’autre « Age conseillé… »

A bientôt! Katell

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Cinéma (fiction), Jeune public, Katell Plisnier, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vendredi, c’est ciné! (2)

  1. La média de bxl dit :

    Merci Mike, c’est corrigé !

  2. Mike A. dit :

    Merci pour le partage.
    Une petite erreur de distraction cependant dans le premier paragraphe : « The visitor » est un film de Thomas McCarthy, pas de Mike Flaherty… :-)
    Bonne journée
    M.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s