French Cancans – Del Cielo et La boîte à ooti

French Cancans – le salon d’écoute chanson française
Dernier épisode de l’édition du 12 mai 2012. Après les Québécois et le hip hop, la chanson. Chanson étrange, minérale ou aquatique, fantasmagorique, électro, incandescente, … Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire le ramage et le plumage de Del Cielo et Ooti.

Après avoir livré un album remarquable (mais peu remarqué), « Sous les Cendres » en 2009, le duo electro-pop Del Cielo nous revient avec l’hypnotique et lancinant « Sur des Braises ». La formule n’a pas changé : la voix fluette et sensuelle de Liz Bastard, jouant constamment la jeune fille faussement naïve, nous murmure des mots souvent acides (qui peuvent nous rappeler dame Fontaine), tandis que Gaël Desbois plaque subtilement ses arrangements qui empruntent tant à l’electronica qu’à la cold ou la new-wave. Et il faut bien avouer que lorsque Liz nous susurre « Tout le monde fait des choses que j’te dirai pas » ou encore « Veux-tu avec moi te vautrer la gueule ? », on l’accompagnerait volontiers dans les abîmes de son guet-apens. Sa plume, fil conducteur de l’album, parvient à teinter d’une fine touche d’humour irrévérencieux ces douze morceaux sombres et nébuleux. Tour à tour ténébreux ou aérien, ce disque à la tension constante et centrale nous livre des ouvertures aussi rares que majestueuses. A ce titre, « La Densité » représente parfaitement la dualité constante du duo rennais.
« Sur des Braises » enchaine véritablement les chefs-d’œuvre claustrophobes à l’instar de « Veux-tu », « Si l’Encre » ou encore « Ma Vipère ». Pas un titre n’est à jeter. On sent que l’écriture de Del Cielo a gagné en consistance, en densité. La présence de Dominique A sur « Casoretto », magnifique duo en apesanteur, ne fait que relever encore le niveau de ce sans-faute. Notons qu’il n’est pas innocent de retrouver sur ce disque ce porte-étendard de la musique indépendante hexagonale : Del Cielo appartient bien à ces artistes hors-normes qui se tiennent loin des formules habituelles, à l’instar de la famille Lithium (Diabologum, Mendelson) ou de Mansfield.TYA, par exemple. On sort de « Sur des braises » totalement convaincus. On applaudit des deux mains, et on se demande ensuite pourquoi un tel projet reste si confidentiel. (AM*)
Et pour illustrer tout ça, l’interprétation live de « Laisse-moi » pour TV Rennes.

Couple à la scène comme à la ville, la chanteuse OoTi et le bidouilleur John Trap s’acoquinent musicalement depuis longtemps, visiblement tous deux rongés par la nostalgie d’une enfance déjà trop lointaine. OoTi se plaît à raconter des comptines inquiétantes tandis que John s’adonne au sein de nombreux projets –en groupe comme en solo- à une sorte de toy-music souterraine et mélancolique. Il parvient avec trois bouts de ficelles –une boite à rythmes, une guitare et quelques synthés- à façonner une pop étrange naviguant entre weird folk, cold wave et electronica. Aux détours de quelques scènes, ce couple bizarroïde a fait l’heureuse rencontre d’Arnaud le Gouëfflec, auteur chevronné et aventureux croisé tant dans la musique que la littérature ou la bande-dessinée. Cette fine équipe a donné naissance à la Boîte à ooTi, objet étrange, intriguant, parfois insaisissable. Après un EP remarqué en avril 2011, le trio sort un album éponyme en octobre sur le label YY, foyer des aficionados de la chanson poétique française (Xavier Plumas, Colin Chloé, etc.). Réalisé par Gilles Martin (dEUS, Tuxedomoon, Miossec…), il faut bien avouer que ce premier essai réunit toutes les caractéristiques du premier de classe. De prime abord, le disque peine à tenir ses promesses. Les deux premiers titres sèment le doute avec leurs mélodies fades et leur interprétation un peu poussive : on se sent mal embarqué dans cette croisière où il ne se passe finalement pas grand-chose. Heureusement, le groupe dévoile toute son ampleur sur « Le Manteau de Pluie », une plage mystérieuse aux sonorités electro-pop qui nous immerge tout entier dans un univers autrement plus personnel et poétique. Quelques arpèges plus tard, la Boîte à ooTi s’offre un premier duo avec Dominique A sur « Le Chevalier Noir », courant d’air glacial d’un disque qui semble finalement ne pas vouloir dévoiler ses secrets au premier rendez-vous. Le géniteur de « La Fossette » honore également l’album par sa présence sur un autre titre plus léger, « Le Pêcheur et son Ombre ». Dès « Chanson Minérale », on s’enfonce tête baissée dans les abîmes d’un univers déchu, en décomposition, où les figures tutélaires à l’instar du prince, du Roi ou du chevalier sont reléguées au rang de chimères. Précieusement, la Boite à ooTi cache des fantômes, des monstres légendaires, des mystères planants. Elle les dévoile délicatement en dégageant une aura étrange qui devient obsédante au fil des écoutes. La fausse-naïveté d’ooTi, les deux titres sucrés d’ouverture nous ont leurré : on croyait atterrir dans un disque léger, on en sort étouffé, épuisé, mal à l’aise. L’album laisse très peu de répit. Seule une touchante histoire de fantômes chinois, ultime plage du disque, nous ramène en douceur à un monde plus paisible. (AM*)

Rendez-vous à le rentrée pour de nouvelles découvertes!
Geoffrey

*AM : Chroniques d’Antoine Meersseman pour le Webzine chanson de la Médiathèque : Le fond de l’air est french

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Chanson Française, Coups de coeur chanson, French Cancans, Geoffrey Briquet, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s