Florilège (41)

« Le petit recueil de nouveautés classique »

Pour connaître la disponibilité de l’un ou l’autre des média, cliquez sur la vignette correspondante.

 

Benjamin Grosvenor – Chopin, Liszt et Ravel

  Nouveau venu dans nos collections, le jeune pianiste britannique Benjamin Grosvenor ne reçoit que des louanges dans la presse anglaise et française. Et pour cause! Ce premier CD est plus que prometteur. A suivre, assurément. (NR)

 

Le paradis perdu – Théodore Dubois

  Outre des traités d’harmonies et de solfèges, Théodore Dubois a écrit surtout de la musique pour orgue, pour piano, de la musique de chambre et de la musique vocale. Né en 1837, Théodore Dubois illustra le courant musical romantique français, si prisé au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870 où un élan de patriotisme et de rechristianisation enflammait le pays. Dubois figurait d’ailleurs parmi les premiers membres de la Société Nationale de Musique, fondée en 1871 par Romain Bussine et Camille Saint-Saëns, institution qui visait à réaffirmer la grandeur de la musique française face à la musique germanique.

Dubois exerça aussi la fonction de maître de chœur, puis d’organiste à l’Eglise de la Madeleine, et enseigna au Conservatoire de Paris avant d’en devenir le directeur, fonction qu’il exerça pendant près de 10 ans. En 1878, la Ville de Paris organise un concours où sera primé le meilleur oratorio écrit sur un sujet libre. Il reprend alors une œuvre de 1871 qu’il avait abandonnée, faute de pouvoir la faire exécuter, Le Paradis perdu, drame oratorio basé sur l’œuvre du poète anglais John Milton (1608-1674) et réécrite par le librettiste Edouard Blau. Dubois remporta le concours ex-æquo avec Benjamin Godard. La presse salua prudemment l’œuvre, la jugeant bien écrite mais trop académique.

Spécialisés dans la musique pour chœur de la fin du XIXème siècle à nos jours, les Cris de Paris et leur fondateur Geoffroy Jourdain font revivre cette œuvre pour la première fois depuis cent ans, accompagnés par les Solistes des Siècles, musiciens issus de l’orchestre  » Les Siècles  » créé en 2003 par François-Xavier Roth. (NR)

 

Baldassare Galuppi – Musique sacrée: Dixit Dominus & Nisi Dominus

  Baldassare Galuppi est un des plus grands compositeurs vénitiens du XVIIIème siècle. Il écrivit de nombreux opéras « sérieux », séjourna à Londres où il composa pour le théâtre. Il écrivit aussi des opera buffa et des ouvrages comiques en collaboration avec le dramaturge vénitien Carlo Goldoni. Sa musique sacrée recueillit autant de succès que ses œuvres profanes. Il fut nommé maître de chapelle à la Basilique Saint-Marc. Le présent album s’attache à son œuvre sacrée et présente quelques unes des pièces majeures qui la composent. L’écriture est d’une grande maîtrise, élégante, raffinée, originale et l’on y devine le talent de Galuppi pour la composition théâtrale d’opéra. Toute belle interprétation de l’ensemble formé par le Ghislieri Choir & Consort et les différents solistes. (FVW)

 

Matthias Goerne & Christoph Eschenbach – Schubert Schwaengesang & Sonate D 960

  Matthias Goerne enregistre pour la deuxième fois le cycle Schwanengesang . Après Alfred Brendel (DS4224), c’est au tour de Christoph Eschenbach de l’accompagner dans cette « intimité poétique ». La particularité de ce volume est sans conteste l’interprétation d’Eschenbach dans la dernière sonate pour piano du compositeur. Deux valeurs sûres et 1 heure 50’de plaisir. Quand on aime, on ne compte pas! (MDW)

 

Anton Dvorak – Zigeunerlieder par Bernarda fink & Genia Kuhmeier

  Depuis plusieurs siècles, il existe une fascination pour le folklore et le populaire: peintres, écrivains, compositeurs s’y réfèrent fréquemment en créant leur œuvre. Car il s’en dégage un halo de mystères, de cultes parfois étranges et mal connus et d’un peuple errant épris de liberté. Ce thème à succès voit son apothéose au 19ème siècle avec des représentants comme Pouchkine, Goethe, Hugo, Liszt, Brahms, Bizet et bien d’autres encore.

Bernarda Fink, qui avait déjà enregistré des mélodies de Dvorak en 2004 (DD9858), y revient en compagnie de la soprano Genia Kühmeier pour interpréter les Duos moraves op.32 (1876) : elles déclinent parfaitement les thèmes de la nature, du monde animal et des scènes champêtres. Les deux autres cycles, Chants tziganes (1880) et bibliques (1892-1895) restent attachés pour le premier à la tradition laïque et pour le second, au thème religieux. Un excellent moment ! (MDW)

 

Lamentazione – Paul Agnew & Les Arts Florissants

  Le programme de cet album s’articule autour du thème des Lamentations œuvres composéespour être chantées par des chorales dans les églises durant la semaine sainte et pour certains offices funèbres. Elles évoquaient la crucifixion, les souffrances du Christ et de son entourage et la misère des hommes qui imploraient miséricorde. L’ensemble Les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew a choisi des compositions de l’ère baroque. Les lamentations étaient alors fort prisées par les compositeurs qui déployaient dans leur écriture de riches polyphonies destinées à susciter l’émotion la plus intense dans l’expression des souffrances éprouvées… et l’émotion est ressentie. (FVW)

 

Dietrich Buxtehude – Membra Jesu Nostri

  En 1668 Buxtehude obtient le poste d’organiste de la Marienkirche de Lübeck, poste qu’il occupera toute sa vie. Il sera l’un des plus grands compositeurs et organistes de l’Allemagne du Nord. Le Membra Jesu Nostri est un cycle de sept cantates, sept méditations sur la Passion du Christ. Basé sur des strophes d’un oratorio médiéval, cycle rythmique de poèmes sur la Passion, chaque cantate est dédiée à l’une des parties suppliciées du corps du Christ. L’œuvre était réputée et fut largement diffusée au XVIIème siècle. La deuxième œuvre présentée Fried- und Freudenreiche Hinfahrt a étécomposée pour les funérailles d’un théologien luthérien, d’après un choral luthérien. Buxtehude ajouta une deuxième partie à cette œuvre lors des funérailles de son père. Les deux œuvres sont d’une composition savante et empreintes d’émotion. (FVW)

 

Kinsky Trio Prague – Rimsky Korsakov & Arensky – Trios à clavier

  De la musique de chambre russe au programme de cette interprétation du Trio Kinsky (fondé en 1998): deux trios en mode mineur, l’un de Rimsky-Korsakov, l’autre composé par un de ses élèves, Anton Arensky. C’est un couplage inédit qui permet de constater les directions prises par chacun des compositeurs avec des œuvres quasi contemporaines qui illustrent à leur manière le romantisme finissant. (MDW)

 

Contributeurs :

Au service des collections :

Nathalie Ronvaux (NR) ~ Anne Genette (AG) ~ Andrée Forster (AF) ~ Marie de Wautier (MDW)

Jacques Ledune (JL)

A le Média Bxl :

Françoise Vandenwouwer (FVW)

Philippe Cantaert (PC)

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans Florilège, Musique Classique, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s