Les chouchouX de Anne

Attention, voici une petite série hypnotique qui pourrait influencer votre comportement et qui est donc à consommer avec modération mais à découvrir absolument !

Avec Aziz Sahmaoui, nous sommes aux frontières de la transe. Membre fondateur de l’Orchestre national de Barbès, il a aussi collaboré avec des musiciens tels que Nguyên Lê dans la formation Maghreb & Friends ainsi qu’avec  Joe Zawinul en intégrant The Joe Zawinul Syndicate en 2005. Imprégné de l’univers tagnawit (univers musical des gnawas aux vertus thérapeutiques) de son Sud marocain natal, il nous livre ici son premier opus « University of gnawa », album de compositions largement inspirées de toute cette transe musicale avec des touches de jazz qui découlent de son parcours. On y retrouve des instruments traditionnels maghrébins tels que le guembri (luth gnawa) et les karkabous (castagnettes gnawas) pour ne citer qu’eux.

C’est un premier opus solo pour Khyam Allami aussi. Sorti sur son propre label, Nawa Recordings, « Résonance/Dissonance » est un album très épuré et intense de compositions pour oud solo. Un jeu qui tout en étant fluide n’en semble pas moins complexe. Laissez-vous emporter par la poésie de ces 7 mélodies. Un dvd vous donne la possibilité d’apprécier le oud de Khyam Allami accompagné des percussions de Vasilis Sariki. En voici un extrait.

Avec Kayhan Kalhor, nous restons dans les cordes sensibles. Virtuose du kamânché (vièle à pique), il allie des éléments de la musique classique perse aux mélodies traditionnelles kurdes iraniennes, ce qui lui a valu différentes collaborations avec  les chanteurs Mohammad Reza Shajarian et Shahram Nazeri. Ses collaborations dépassent les frontières. Avec le sitariste indien Shujaat Husain Khan et le joueur de tabla Swapan Chaudhuri, il forme le groupe Ghazal. Il s’associe aussi au Yo-Yo Ma ensemble ainsi qu’avec le Kronos Quartet.

Pour ce dernier opus, il s’associe cette fois au santour basse (tympanon à cordes frappées), instrument assez rare et intense de Ali Bahrami Fard. La touche supplémentaire de cet album est un kamânché inédit. Pensé, réfléchi et conçu en étroite collaboration avec le luthiste australien Peter Biffin, le Shah Kaman, est  pourvu de sept cordes supplémentaires dites sympathiques qui vibrent par simple résonance avec les notes jouées sur les cordes frottées de l’instrument. Ce dernier élément n’est pas facile à expliquer et je vous invite donc à écouter un morceau pour illustrer tout cela. Laissez-vous envahir par la poésie musicale de Kayhan Kalhor tantôt lancinante, tantôt rageuse et surtout très prenante.

A bientôt pour de nouvelles découvertes.

Anne

Publicités

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans 1/ Nos coups de coeur:, Anne Lecomte, Chouchoux en musique du monde, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s