Images de femmes ou le corset social

…« Il s’agissait au départ d’un film sur la mode, la beauté, le rêve… fait par un homme qui avait pris l’habitude de se retourner sur les femmes, de se retourner sur ces images dites belles et qui voulait interroger cette habitude… »

Jean-François Ferrillon présente son film comme un document poétique, une réflexion philosophique. L’accent a été mis sur le choix des images, le montage et le rythme. (Plus de 900 heures de rushes)

Il aborde les différents aspects des critères de la mode, comme le  mythe de la minceur, la notion de norme et de stéréotype.

…« Mirage obligé »?  …« Narcissisme dirigé »?  … C’est quoi la féminité au fait ? La mode en projette une certaine image mais, paradoxalement, cette mascarade féminine n’est pas féminité nous dit la psychanalyste Geneviève Morel.

Ce documentaire pose énormément de questions sur le rapport à la beauté et sa signification sous-jacente. Il aurait pu se contenter de rester entièrement sur le ton du questionnement, mais les interventions de Catherine Perret, philosophe, Guillaume Erner, sociologue, Catherine Joubert psychiatre ou Geneviève Morel, psychanalyste, amorcent déjà de nombreuses réponses et mises en gardes.

Néanmoins, un plus grand approfondissement du contenu de ces interventions aurait été bienvenu car, la complexité des propos tenus déborde un peu le canevas d’un film qui se veut avant tout une réflexion poétique visuelle.

J’aurais personnellement aimé, en bonus par exemple, une interview de chaque intervenant afin qu’ils puissent chacun développer leur dialectique sans souffrir du découpage nerveux que nécessite un film hyper rythmé.

Images de femmes ou le corset social,  un film de J-F Ferrillon

Pour le pur plaisir de la vue et le régal de l’esprit, je vous propose, autour de ce même thème, un film expérimental de Jean-Jacques Lebel, « Les Avatars de Venus ».

Un montage réalisé à partir de plus d’un millier d’images. Une surenchère de représentations de la féminité fondues entre elles, toutes plus différentes et moins calibrées les unes que les autres…Chaque amateur d’art, qu’il soit de peinture, sculpture, photo ou cinéma y reconnaitra au passage sa muse préférée. Je peux vous l’assurer, ces quarante minutes  de film sont loin d’être un supplice à endurer.

Eddy Maes

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Cet article, publié dans As de pique, Documentaire, Eddy Maes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s