Sécante (2) : Oddisee – Pitre – Long Fin Killie

C’est un dimanche matin, dans un brouhaha post-petit-déjeuner, que le poste de radio, calé sur Stubru, diffuse jusqu’à mes oreilles quelques discrètes mesures de piano. Du son qui active immédiatement quelque région de mon cerveau et provoque à la fois une émotion et un souvenir : I Say A Little Prayer, Aretha Franklin, sur son formidable album Aretha Now paru en 1968, un des plus beaux chants de la musique populaire.

A l’émotion succède la surprise parce que le morceau ne se développe pas comme attendu et c’est la voix de Justin Vernon, nom de scène Bon Iver, qui prend place sur le magnifique piano de la version originale, suivi d’un rap assez dynamique. Bon Iver reprend 2 fois son couplet et le morceau s’evanouit.

Ce petit montage tout simple qui s’apparente à un tour de force, c’est le rappeur américain Oddisee qui le signe sur un EP à écouter en ligne ou à télécharger.

Oddisee, Paralyzed, 2012, http://oddisee.bandcamp.com/

Parcours atypique pour cet ancien skateboarder professionnel qu’est Duane Pitre. Passé par une passion pour le shoegazing de My Bloody Valentine, il se trouve aujourd’hui à la croisée du rock et de la musique contemporaine, travaillant les interactions entre logiciels et musiciens jouant en temps réel.

Feel Free est un continuum qui se développe dans une grande sérénité. Les guitares et les autres instruments à corde progressent par touches, parfois ensemble, parfois distincts. La composition s’insère dans la suite du courant minimaliste américain (Terry Riley, Steve Reich, Morton Feldman) et touche de manière très directe l’auditeur.

Duane Pitre, Feel Free, 2012

La mémoire musicale est un processus qui peut fasciner. Pourquoi, un soir, mon cerveau m’instille-t-il l’envie d’écouter l’album Valentino de Long Fin Killie ? Un jeu d’associations certainement, bien qu’absolument rien dans l’actualité n’évoque de près ou de loin ce groupe singulier.

Groupe écossais mené par un chanteur d’origine africaine, Luke Sutherland, Long Fin Killie n’a connu qu’un succès d’estime à la moitié des années 90. C’est sans doute normal, vu la qualité tout à fait atypique de sa musique. Il créait un rock aux rythmiques complexes, marqué par l’usage du violon, mais surtout transpercé par les narrations des chansons qui jouaient sur la tension et ses variations. Bien souvent on croit entendre Sutherland en manœuvre de subjugation, d’hypnose, et piégeant l’auditeur captif, tantôt par surprise, tantôt en augmentant progressivement et inexorablement son emprise. C’était impressionnant en 1996 et cela le reste aujourd’hui (et tout particulièrement sur le dernier tiers de l’album).

Là où en général la musique populaire joue de la tension comme une manipulation de masse (de Smells Like Teen Spirit de Nirvana à I Gotta Feeling des Black Eyed Peas), obtenant des foules des réactions stéréotypées par des procédés stéréotypés, Luke Sutherland installait par la voix et le violon la relation de manipulation au niveau individuel. Il est aujourd’hui un écrivain d’un certain renom dans le monde anglo-saxon, ce n’est sans doute pas étonnant.

Long Fin Killie, Valentino, 1996

A propos La média de bxl

La médiathèque de Bruxelles Centre : un repaire de découvertes et de passions. Nous aimons les musiques, les films, le multimédia. dans tous les genres, tous les courants. A la recherche de titres précis ou envie de découvertes ? Nous vous proposons plus de 100.000 titres musicaux et audiovisuels en accès direct, ainsi que des sélections ciblées. La médiathèque, c’est cinquante ans d’histoires culturelles enrichies au quotidien par des mélomanes et cinéphiles rodés au défrichage de répertoires et tendances sans cesse renouvelées. Bienvenue !
Image | Cet article, publié dans Jean-Grégoire Muller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s